Jour 4 – Le requin, l’animal et le remora

Pour le souper je suis aller manger au centre-ville avec l'américain. En bon représentant de son pays, il a pris le sandwich le plus dégueux et le plus gros qu'il y avait. Tellement gros que j'en ait pris une photo. Nous avons decidé de sortir dans le même bar que nous étions allé la veille.

L'américain a décider qu'il passerait à l'attaque. Il veut rencontrer des filles.
– Vas-y mon homme. Moi je vais rester en retrait et t'observer. Personne ici parle l'anglais de toute facon. Je peux pas faire grand chose. Tu seras le requin et je serais ton rémora.

Il sort son paquet de cartes et commence à me faire des tours de magie dans le but évident d'attirer l'attention. Sa stratégie est de trouvé une table de filles, de leur faire quelques trucs de magie et d'espérer d'engager la conversation. Il m'explique que le choix de la proie est motivé par le niveau de plaisir que les filles semblent avoir. Il y a 2 tables potentiel mais dans les 2 cas elles ont l'air a avoir un conversation sérieuses. Pas de rire. Pas grave on est patient :-).

J'ai remarqué que le gars assis a coté de nous semblait comprendre nos conversations. J'avais raison. Le gars,Rodrigo, parle l'anglais. C'est un prof de musique et, je le verrais assez vite, est un animal…un vrai. Il a une blonde mais veut la sacrerlà car il se dit qu'il n'est pas l'homme d'une seul femme, il trip sur les filles de l'argentine et ne retourne pas les 4 appels que ca blonde lui a fait depuis la derniere heure.

La biere coule a flot sauf pour l'américain. Il doit aller rencontré une amie tot le lendemain. Moi et Rodrigo avons ouvert la machine et on se bidonne pas mal. Rodrigo met de la pression pour que l'américain fasse son move. Ce dernier lui dit qu'il attend des rires.
– Go, This is my country and I know how it's work…go!go!go!

L'américain est debout dans le bar pret a degainer. On le sent nerveux, il regarde partout. Rodrigo cesse pas de le coaché. De plus, il l'incite a faire un move sur l'amie qu'il va visiter le lendemain. Rodrigo me raconte qu'un soir il est partis avec 2 filles. Un vrai animal! L'américain a trop hésité. La table qu'il avait dans sa mire est partis. Il part lui aussi…la queue entre les jambes et son jeu de cartes dans les poches.

Plus Rodrigo est saoul et plus il mélange les langues. Plus je suis saoul et plus je pense que je comprend l'espagnol. Il me met au defit d'aller voir des filles et de leur dire des mot en espagnol. Je lui dit que je ne peux pas faire ca. Il décide de m'amener à un autre bar. Sur le chemin, on rencontre une connaisance de Rodrigo dans un parc. Il me le présente et nous continuons notre chemin. On arrive a une porte. Il n'y a pas d'affiche qui annonce qu'il y a un bar là. Il cogne a la porte. Un gars ouvre la porte. Rodrigo lui demande de me laisser entrer avec lui.

La place est remplis. Ca danse en masse. on va s'assoir dans le fond. Je me met chum avec le waiter. Tous le monde sont mes amis a soir! Je ne sais pas trop comment mais je me suis retrouvé a danser sur la piste de danse avec une fille que Rodrigo m'a déniché. Il me regarde avec un grand sourire. Il est fier de son coup.

La fille m'explique comment danser. Je comprend rien. Je suis tout fourré dans les mouvements. C'est tu moi qui dois tourné? C'est tu elle? On se parle par signe. Après 2 tounes elle m'embrasse et ce pousse. Je retourne a ma place. Rodrigo me demande:
-Pis?
-Pis quoi? Je comprend rien et je vois pu rien!

Sur le mur il y a plein de choses que les gens ont écrit. Ca fait partie du décor. Je prend mon stylo et j'écris en gros trait « Eltobito VAL-D'OR QUÉBEC ». Rodrigo vient me voir piteux. Il me demande si cela me dérange s'il part. Il est avec une femme. Go! man Go! Il me sert dans ses bras, me dis que je suis un bon gars, qu'il a eu du fun et me laisse son numéros.15 minutes plus tard je part aussi.

Je suis pas trop sûr de me rapeller du chemin. Mon point de repère est le parc. Je le trouve facilement. En le traversant, je rencontre le gars que Rodrigo m'a présenté plus tot dans le parc. On communique de peine et de misere. Il me présente le reste de sa gang qui font la fete dans le parc. Je me fais bombarder de questions. A un certain moment on doit se deplacer et/ou se cacher de la police. Le gars m'offre du pot que je refuse. Ils veulent que j'aille les voir a leur travail le lendemain mais je ne peut pas car je vais a Val paraiso. Je rentre me couché en titubant. J'ai aucune idée de l'heure mais je sais qu'il me reste peu de sommeil avant mon départ pour Val Paraiso. Je pars a 8h30.

Comme de raison je ne me suis pas reveillé. C'est le gars de l'auberge qui est venus m'avertir. Je me leve en catastrophe, j'essais de paqueté mon stock le plus vite possible. On vient m'avertir qu'il repasserons me chercher. Ouf je peux souffler!

J'ai pris un tour bus et je le regrette. J'aurais dû y aller par moi-meme. Trop touristique. Tu te promenes dans la ville sans vraiment avoir l'occasion de l'assimilé. De prendre le beat de la ville. Nous sommes arreté visiter la maison d'un poete. Je suis resté dehors car mon corps avait de la misere a ce mettre en marche. J ai préféré rester assis et me réhydraté.

J'étais en train de savouré ma bouteille d'eau que je venais d'acheter quand j'entendis des cris derrière moi. Il y avait un camion citerne qui distribuait de l'eau. Il y avait environs 20 personnes surtout des femmes et de enfants qui venaient remplir des bouteilles, des cruches, des chaudron etc..J'ai eu le reflexe de prendre une photo. Un peu plus tard les autre personnes de mon bus sont arrivé et comme moi ils se sont mis a photographié la scene. Je me suis mis a trouvé la situation ridicule et indécente. J'ai effacé la photo que je venais de prendre…

Advertisements