Alain! Là je suis vraiment en amérique du sud.

Après très peu d'heure de sommeil, je dois paqueter mon stock en vitesse. Je dois quitter ma chambre à 10h. Quand tu restes une semaine à la même place tu as tendance à étaler tes affaires un peu partout. Je cours dans la douche, pousse mon linge dans mon sac….fripé le linge? Je m'en fout. Ton linge est toujours plus ou moins fripé pis tu as toujours la même chose sur le dos.

Commence alors une série de déménagements. J'avais trouver une chambre a 15$us. J'ai réalisé par la suite que j'avais été paresseux un peu. Tu peux trouver mieux. Comme Alain devait aussi quitter et qu'en raison de son départ a 5h am au Machu Pichu je lui avait offert de nous trouver une chambre à 2 lits. Lui il a besoin d'une chambre pour 2 jours seulement. Il part ensuite au lac Titicaca puis reviens a Cusco pour le reste de la semaine afin de suivre d'autres cours d'espagnol. Un autre qui change ses plans pour rester a Cusco. Lui et Mary sont devenus pas mal buddy.

Je trouve donc un autre hôtel….13$ la nuit sauf qu'il y a seul lit. Ok je vais lui donner ma chambre a 15$ et prendre celle a 13$. Je fais un check out a la chambre a 15$ et je vais chercher mon stock a l'école pour la chambre a 13$. Juste avant de trouver la chambre a 13$ j'avais été voir une chambre a 9$ mais il ne restait pas de place. Par la suite je retourne a l'école. l'avantage de ma nouvelle chambre c'est que je n'ai pas besoin pas gravir la maudite pente qui essouffle tous le monde. Par contre, j'ai remarqué qu'avec quelques bière dans le « casque » c'est bien moins essoufflant.

Je laisse un message à Alain pour lui expliqué où il va coucher. Je pousse cela sous la porte de Mary avec la clé en espérant que ça va marcher…au pire il couchera dans la chambre a Mary…héhéhé. Je suis revenus à ma chambre vers 2h am. La porte de l'hôtel est barré. Je frappe. Après quelques minutes le gars répond. Il est coucher dans un lit a coté de la porte de l'hôtel. Le yeux tous collés, il ouvre la porte. Je lui montre ma clé….Désolé le grand je suis pas un couche tôt!

Le lendemain je me réveille et je vais immédiatement a l'hôtel a 9$ US. Ils ont de la place. Je déménage encore. Bah je suis habitué…je déménage a tous les ans ou presque.

Entre mes 2 déménagements, je devais rencontrer Vil de la hollande a la plaza. Nous sommes a l'heure précise.
– Salut! Bon on fait quoi?As tu faim?

Depuis que je suis ici je décide de rien. Je suit les autres.

– Ouais un peu. J'aimerais aller voir un concert à 7h30.
– Ok allons mangé chez Jack y parait que c'est bon.

J'ai mangé la meilleure poitrine de poulet de va vie. Elle était accompagné d'une sauce aux champignons vraiment incroyable. J'en suit venu dans mes short. Nous partons par le suite pour le concert. C'est un concert de musique classique qui réunis plein de pays sud-américain. J'espère que sera pas trop long. Je fais remarquer à Vil que ça doit être la haute classe de Cusco qui est présente. Une des femmes qui travaille à l'école joue dans la chorale. Elle est assis près de nous en attendant son tour. Il y a un paquet de messages avant que cela commence. Je comprend quelques mot mais de la à savoir pourquoi j'applaudis il y a une marche. Vil et moi on joue le jeu en trouvant ça bien drôle. La 2eme parti du spectacle contient de l'opéra. Je regrette de pas avoir emprunter le livre de Cguy « Opéra pour le nuls ».

Durant l'intermission je me dis…. »fais pas ton bête Eltobito et va dire bonjour à la femme de l'école qui va chanter ». J'arrive devant elle et lui fais un beau tata avec ma main bien propre. Elle lève la tête, me vois, ce tourne vers ses amies, fais une face gêné et jamais elle me regarde. Je reste planté là en me disant qu'elle va bien ce retourner vers moi et me retourné mon bonjour. Non pantoute…niet. Je reste là en niaiseux et après quelques seconde je me dois retourner à ma place. Je raconte l'affaire a Vil. Ça m'apprendra à faire mon social!

L'air ici est très sec. Tous le monde ce dope au lipsil. Sauf moi…tsé le lipsil c'est moumoune. Moi je dois me moucher sans arret. Avant d'aller faire un allô a Mme je-ne-te-retourne-pas-tes-bonjours, je devais aller faire le ménage de la chambre à respiration. Fuck c'est vrai je suis en Amérique du sud…il y pas de papier de toilette. Cerveau…quoi?…..les doigts.

Juste avant la chorale de la fin ils se sont mis a remettre les prix. Ça finissaient plus, un prix au gars du Brésil, un au gars du Pérou, un au gars de la Bolivie, un à la petite cute. Vil et moi on se demande quand viendra notre tour. On se croirait au tournois de karaté de mon père.

Après le concert Vil est partante pour aller prendre una cerveza. Durant ma série de déménagements j'avais remarquer un bar…le Los perros(Le chiens). Je l'amène là. La discussion va bon train. On parle de tout et rarement de rien. On passe des commentaires sur le G-String de la serveuse. On réalise que nous sommes rendu les derniers dans la place. On s'en va. Je m'attend a ce qu'elle veuille rentrer. Mais elle veut une dernière bière. OK. C'est rare que je vois cela. Tous cela ce termine vers 2h am. En quittant elle me demande c'est quoi mes plans le lendemain…Je lui dit que j'en avait pas et pourtant je m'en allait potentiellement a Pisaq…pourquoi j'ai rien dis….bah pour pas avoir l'air téteux.

Le lendemain, je sais pas trop si je vais aller à Pisaq. Je vais faire un tour a l'école. Je rencontre la version de nous même la semaine passé c-a-d les nouveaux. Comme nous dimanche passé ils sont assis à attendre leur chambre ou que leur famille viennent les chercher. Il sont là un peu dépaysé en train de boire une tisane aux feuilles de coca. En bon vétéran je les interroge sur leur origine. Des Allemand encore. Mary ou Alain ne sont pas la. Je ne sais donc pas ce qui est arrivé avec l'histoire des chambres.

Je sais pas trop comment aller à Pisaq mais je décide quand même d'y aller. En me dirigeant vers la plaza je croise Alain. Ça adonne qu'il va a la plaza lui aussi avec Mary. Good on sera 3….et Simone et Andrea sont là aussi. Vu l'heure tardive à laquelle nous allons arriver je me dis que les chances que je les vois sont minces.

On arrive à la station de bus. Après 20 minutes d'attente le bus arrive. C'est « jam pack ». On est debout dans l'allée qui à 1 pied de large. Le bus part et il y a encore du monde qui embarquent. Je me dois d'embarquer par dessus des gens pour laisser passer ceux qui veulent sortir. Mon fag bag version hiking que Kim m'a donné est parfois accoté dans la face de ceux qui sont assis. Je regarde Alain et je lui dit….. »Là je suis vraiment en amérique du sud ».

Le trajet est assez long et comme je suis debout je ne peux voir le paysage….Est-ce que je veux vraiment le voir? Je ne veux pas le voir pas parce qu'à l'occasion on croisent des poulets en liberté et des vaches sur le bord du chemin. Je ne veux pas le voir car on est haut en criss, les virages sont serrés, les garde-fous sont parfois fait de branches de bouleau. Vers la fin du trajet je jete un coup d'oeil dehors. On est vis a vis le village mais à environs 1 km au dessus. La route descend en zigzag. Dire qu'il va falloir remonter ça pour revenir……

On arrive à Pisaq. Tous le monde va là le Dimanche car il y a un marché. Moi je me fout du marché, je suis plus intéressé aux ruines qui elles intéressent beaucoup Andrea :-)…mais non. Je leur aient pas envoyer de SMS anyway pour leur dire que j'y allait. On commence à ce promener dans le marché et rapidement je commence à m'emmerder…..je suis pas le bon gars pour magasiner avec les autres…Ça ma tue! Je perd presque Mary dans le labyrinthe de kiosque. On se retrouve les trois et qui vois-je en avant de moi……Andrea,Simone et Vil. Simone raconte en dutch a Vil qu'elle a vue des genres de cochon d'inde ce faire cuire vivant et une femme en manger les organes interne……ouach. En me voyant elle me traduit l'histoire en anglais. Je croise le regard d'Andrea et nous nous disons Hola! en même temps. On part a rire.

Je leur demande si elle ont vus les ruines. « Oui on les a vu ce matin ». Je retourne voir Alain et Mary. Ils n'ont pas leur boletto turistico pour accèeder aux ruines. Correct je vais y aller seul! Je retourne dire aurevoir aux 3 dutch girls et me dirige vers les taxis.

Un chauffeur veux me charger 15 soles pour la ride en haut des ruines. J'essaie de trouver meilleure marché…pas moyen. Ok on part. C'est bien le fun de baragouiner de l'espagnol mais le problème c'est que quand les gens te répondent en espagnol, tu comprends plus rien. Ils ont un débit plus rapide que les chutes du niagara. Anyway mon chauffeur ne parle pas anglais. Je comprend au moins 40% de ce qui me dit…je suis content! Il m'interroge sur le Canada, m'appelle par mon nom, m'interroge sur nos indiens, sur le Yukon. Après mon taxis disco de San Francisco, c'est ma 2eme meilleure ride de taxis.

On arrive en haut. Samuel le taximan me dis qu'il va me prendre en bas dans une heure. Tu me paieras plus tard…Ok Amigo. Je commence à parcourir les sentiers qui mênent aux ruines. Le sentier fais le tour de la montagne. Les marches sont en roche et c'est pas large. Je suis très haut. J'ai une vu comme si j'étais en haut de l'empire state building. Parfois je longe le mur car c'est trop apeurent. Si je m'enfarge que cça m'arrive souvent je risque de sacré le camp en bas! Il y a une échelle pour accèder une partie des ruines. Je teste la solidité….Bof on va laisser faire!

J'ai quasiment le goût de revenir sur mes pas car ça monte encore. Cerveau: Fais pas ta moumoune…Andrea et Simone l'on fait.

La vue est incroyable. Je vois le village en bas petit, petit, petit. Je croise 2 dames. Le sentier semble trop dur pour elles. Elle me demandent comment faire pour descendre en bas…J'ai aucune idée madame. D'autres touristes qui arrivent en sens contraire nous disent que nous sommes sur le bon chemin. Je dépasse les madames. J'arrive sur un plateau. Ha! un semblant de terre ferme. Je fais du kodak en masse. J'entame le chemin du retour. Les deux madame semblent avoir offert de l'argent à une vendeuse péruvienne itinérante car elle les escortes pour le retour. La dernière partie du chemin de retour est une longue série d'escalier. J'arrive au taxis à bout de souffle. Je suis habitué d'être essoufflé maintenant…C'est un mode de vie ici.

Le taxi me ramène au bus. Parfois on doit ralentir car il y a sur le chemin soit des moutons, soit des vaches, soit des poulet ou des lamas. Le bus est un petit peu moins paqueté…Juste assez pour que je sois capable de voir dehors. On remonte…criss que les courbes sont serrés. Des fois je me donne un break en me fermant les yeux.

Un nabot de 90 ans, qui sens le swiff et qui a une bosse dans le dos essaie de me passer par dessus…les nerfs le vieux….sortez le d'ici ça pue!!! J'ai hâte de ne plus voir les falaises. Dire que ce sera comme ça aussi lors de mon trajet de 7-9 heures vers la Bolivie et le Lac Titicaca. Je vais m'arranger pour voyagé de nuit!

De retour à Cusco je croise Alain à la plaza. « Tu as le bon timing Eltobito. Viens nous rejoindre à l'école à 7h si tu veux. On va manger. » Mmmm me semble que je devrais les laisser seul lui et Mary. Cerveau: Oui mais le « On » de la phrase impliquait peut-être Andrea et Simone……ta yeule cerveau…..ah ok! je vais juste passer voir.

J'arrive à l'école et comme Paul allait aussi avec Alain et Mary je n'avais plus l'impression d'être de trop. J'étais assis tranquillo sur le divan près à partir quand…..Simone et Andrea arrivent. Merci cerveau. Je t'en doit une!

Advertisements