RIEN

La soirée c'était terminé a 5ham…encore. Je me lève vers 11h. J'ai RIEN de prévus à part ce pseudo rendez-vous organiser la veille avec je ne sais trop qui des filles qui étaient là. Mon cerveau ne peux apprendre que 2 nouveaux noms par jour et reconnaître que 3 nouveaux visages.

Le chinois s'est charger de me rappeler le rendez-vous. Les odds que ça marche était plutôt mince car la soirée avait finit sec. Le chinois lui a RIEN vu de ça…Son cerveau est trop mindé…girls, fuck, girls, get lucky. Comme j'avais RIEN à faire je me disait que j'irais au point de rendez-vous anyway. Je me suis fais du fun avec cette gang là.

Dans l'après midi je quitte l'auberge en douce. Je veux pas que le chinois me suive. « What are you up to today? »…RIEN. J'arrive au centro…c'est mort. RIEN. Le dimanche en Amérique du sud tout arrête ou presque. J'ai peine à trouver un resto d'ouvert. Je passe le reste de l'après midi à RIEN faire. J'ai exploré la ville. Je rencontre l'allemand que je rencontre partout depuis Uyuni.

– Salut tu fais quoi!
– Bof…RIEN..Toi?
– RIEN
– L'américain lui….
– Je m'en criss!!

L'heure du rendez-vous approche. Je m'assied dans les marches de l'église. Bon! je suis en train de me faire envahir par des fourmis. Je change de place. Inspecte mon banc pour être sur qu'il y ait RIEN. Je vois le chinois s'approcher. Voir! S'il aurait oublié. Héhé..Il ne me voit pas. Je dis pas un mot et le laisse passer droit. Je sais que c'est une question de temps avant qu'il me voit. C'est fait…..HINHINHINHINHINHIN! GIRLS! HINHINHINHI! Ça c'est son rire qu'il fait a la fin de ces phrases pseudo-comique. J'ai des frissons à chaque fois. Il fait ça aux 2 minutes.

On attend. 20 minutes plus tard…RIEN. Ok comme prévu ça a choké. Bon qu'est-ce que j'ai à faire…..RIEN…non c'est pas vrai. Ma mission est de trouver un moyen pour que le chinois me lâche. C'est clair qu'il veux aller manger. J'ai tu faim moi…non je sens RIEN.

– Je vais aller faire du net!

C'est bon ça. Je vais être assis à mon poste seul et donc je l'aurais pas sur mon dos. Quoiqu'il serait bien capable de lire par dessus mon épaule.

– Ok je vais y aller avec toi…faut que je check mes mails aussi. Si on trouve une place qui burn des CD fait une copie des photos..je vais te donner du $$

Encore ses maudites photos. Ce serais tu chien de les effacer accidentellement? Désole le grand j'ai regardé sur mon appareil et il y a RIEN.

– Ouias mais tsé le dimanche…il y a presque RIEN d'ouvert…ça va être dur.

J'essaie de retrouver le rare café internet qui est ouvert. Mon chien de poche me suit. Première rue…RIEN. Je reviens sur mes pas. 2eme rue RIEN. Ça fait mon affaire de ne pas le trouver…je prend mon temps. J'espère que le Texan s'impatiente et sacre son camp. J'attends sa complainte…RIEN. Je continu ma recherche. Bon OK je l'ai. Je prend possession de mon poste….le chinois à celui d'à coté. Je check mes mails…RIEN. Même pas de mail du parti québécois. J'en reçoit 3 par jour depuis le début de la course à la chefferie. Je ne les lis pas. D'ailleurs je me demande bien si j ai reçu ma carte de membre. Je vais voir les commentaires sur le blog…RIEN. C'est normal car la veille il y en a eu beaucoup.

Là mon chinois attaches ta tuque car si tu veux m'attendre va falloir que tu sois patient. En avant d'un ordi nous les programmeurs on est dur à battre…Un petit 30 heures d'affiler j'en ai quelques-uns à mon actif. Commençons par écrire à Andrea… question de l'entertainer et…de me faire plaisir. Le mail est terminer….criss il est encore là. C'est un asiatique.S'il est un cliché de lui même il est probable qu'il soit capable lui aussi de rester devant l'ordi pas mal longtemps….Non il n'a pas de chance contre moi….seul Nic ou Ben peuvent me battre à ce jeu. Allons voir les taux de changes, au lieu de lire les nouvelles. Depuis que je suis partis j'ai lu aucunes nouvelles. J'ai aucune idée de ce qui ce passe dans le monde, au Québec et au Canada. Zéro, niet, nada.

D'habitude je lis ça religieusement. Pourquoi je veux rien savoir de ça ici…Est-ce que c'est parce que certaines nouvelles m'irritent trop. C'est tu cela qui mine le plus mon moral…quand il est miné? C'est vrai que j'ai tendance à m'emporter face à certains évènement. Il y en a qui en vacances veulent pas entendre parler de job…moi ça me dérange pas car en vacance je me sens pas impliqué…mais les nouvelles je suis incapable de me distancer des évènements qui arrivent. Ça doit être pour ça que je lis RIEN…je pense…faudrait que je demande à un psy….Andrea? Simone?..Quoique Julie a un doc c'est encore mieux. Bof peut-etre pas…elle pense que le social a plus d'impact.

Anyway. En évitant les nouvelles je me suis passé des reportages du 11 septembre….bonne affaire. Il y a bien Nic qui m'a fait un coup de chien en m'en donnant une sur mon MSN….J'ai de la misère à lui pardonner.

K.O. Le chinois quitte…C'est ça on se verra à l'hôtel. Bon qu'est-ce que je fais. Il y a RIEN à faire et il est seulement 8h. C'est vrai! Je dois aller à l'agence de voyage payer mon excursion que j'ai prit pour demain. Toutes les filles que j'ai eu a faire affaire avec depuis que je suis ici sont charmantes….celle du desk a l'hôtel, mes serveuses, celle de l'agence. Qu'est-ce qu'elles ont toutes? Je suis faible maudit que je suis faible. Heureusement que le chinois était pas avec moi car j'en aurais entendu parlé longtemps. Il m'aurait probablement réveiller la nuit pour me dire girls, girls, girls, HINHINHINHIN….where are the girls….I got lucky in Cusco.

Tu es tellement fatigant que je comprend maintenant pourquoi tu dit « I got lucky ». Un raisin comme toi c'est sûr qu'il faut qu'il soit chanceux! Arrête ça fait 15 fois tu me la conte cette histoire lâ de Cusco. Tu vois pas que quand tu me parles je fais…..mmm…ah oui….he bien….ah…ha…ha ha. Me semble que c'est clair que je m'en fout.

Je retourne à l'hôtel. Je m'attend à voir le chinois…RIEN. Bonne affaire. Je glande un peu avec le staff et jase avec les 3 Irish qui restent a l'hôtel et dont le chinois s'était collé dessus.
– Pis hier?
– Bah je me suis coucher tard…
– Pis Collin(le chinois)

Merde…on m'associe vraiment à cette loche. Qu'est-ce qu'il attend pour sacré son camp à Buenos Aires. Il est tout excité d'aller à l'auberge Milhouse là-bas. Il parait que c'est le party all the way et qu'il y des femmes en chaleur(c'est ce qu'il dit). C'est ça mon homme vas-y pis get lucky. Saoule en une, utilise ton rire nerveux tant que tu veux mais décrisse!

Comme il y a plutôt RIEN qui se passe je décide d'aller prendre une bière en ville. Juste une car je dois me lever a 6h le lendemain. J'arrive au bar…le chinois calisse! Je ne peux me défiler. Je finis ma bière et on retourne a l'hôtel. Bon on me voit arriver avec lui…RIEN pour me dissocie de lui. Ha! l'internet marche…mon sauveur

– Désole le grand je vais aller voir mes mail…merci pour avoir payé le taxi
– HINHINHIN! de RIEN!