Open your fuckin mind!

Je suis comme une rock star qui en tournée doit écrire le nom de la ville où il joue derrière sa guitare. Hi! euhhh…Calama. Calama…j'étais dans cette ville et j'étais incapable de me souvenir du nom. J'ai du faire une recherche sur google pour pouvoir écrire le nom en faisant mon texte. À Uyuni même chose j'étais incapable de retenir le nom de la ville. Parfois j'ai de la difficulté à savoir quel jour nous sommes.

Le tour que je choisis à beaucoup de KM et je sais ce qui va arriver…. »m'a te dormir ça mon homme ». On vient me chercher. Le gars voit bien que je parle pas espagnol. Il pensait que oui et donc il m'a mis avec une guide espagnol et 2 argentins de Buenos Aires. Pas graves je suis ici pour apprendre et je veux être en contact avec des argentins. On part. Comme toutes les argentines la dame du couple(50 ans) est charmante. Elle prend soin de moi essai de communiquer en utilisant mon dictionnaire etc, etc…comme prévu entre les arrêts le sommeil ce charge de moi. La dame pense que c'est à cause de l'altitude. Je lui fait comprendre que c'est plutôt le fait que je me suis coucher passé 3h am depuis 3 jours. Comment lui faire comprendre? Je dis « Mucho bailar y mas cerveza ». Elle trouve ça pas mal drôle et va me taquiner avec ça le reste du tour.

On arrête manger. Comme j'ai vu plusieurs choses semblable depuis mon voyage mettons que la première partis du tour donne un air de déjà vu. On repart. On croise des lamas sauvages et des genre d'ânes….ça c'est intéressant. J'aime ça voir des animaux sauvages. C'est pour ça que Mike Coté est mon chum! En passant il y a rien de plus inutile qu'un âne…ça sert à quoi dans les fermes…c'est laid et leur Hi!Han! est un cri vraiment stressant. Me semble qu'ils sont trop connus par rapport à leur rôle.

Notre parcours traverse une section ou les montagnes sont coloré de rouges, oranges, gris, vert, bleu. Les argentins me passe à l'interrogatoire « Quel âge? 34"….Oui monsieur! J'attendais ça depuis longtemps. Je suis le plus jeune du groupe. « Enfant?, non, Marié?,non, En couple?, non » la dame me dit « OK On va t'en trouver une! ». Par ce que je vois tu as juste à lancer une roche dans les airs et c'est sûr qu'elle va tomber sur une cute sympathique.

La fin du tour est longue. Je te dors ça comme un bébé. Je cogne des clous à gauche, à droite et au milieu. J'ai bâtis une maison durant les 6 heures du tour. J'arrive à l'hôtel…le chinois est dans le lobby avec les 3 irlandaises. Elles sont toutes amorphent. On m'interroge sur ma journée et ce qui devait arrive arriva. Je parle, je fais des jeux de mots, je fais des gaffes….et voilà le retour du clown. On dirait que quand ça part il y comme une réaction en chaîne. C'est pas volontaire. On est dans le lobby et un a certain moment on se fait avertir que ça rit trop fort…Que voulez vous?…Quand j'en ait une bonne je la dis. Le problème c'est que je fais ça aussi avec les plates! Mettons que j'y vais au volume.

Durant le chit-chat j'apprends que mon calvaire achève…le chinois s'en va fourré à Buenos Aires! Bien que j'ai réveillé le petit groupe de 4, cela n'a pas été assez pour que le groupe réponde positivement à l'invitation du staff de l'auberge d'aller chez Barney's. « J'y vais moi. « …Si le chinois y va pas. J'ai dormi toutes la journée, je suis pimpant. Ma session d'internet avant d'aller les joindre m'a permis de ne pas avoir le chinois sur le dos. J'arrive au bar…tous partent sauf les 2 sud-africains. C'est la première fois que j'ai la chance d'en rencontrer et j'ai donc un paquet de questions. La fille du couple est un moulin à parole…même s'il arrivent d'un voyage de 30h. Ils ont fait ce que je fais aussi après un voyage d'enfer. Tu garoches ton stock dans ta chambre et tu sort pour décompresser. Elle me parle de sa vision de l'apartheid, de surf, de requin, de la situation de son pays et le sida qui gruge le pays. Je lui dit que c'est dur à imaginer pour moi un canadien.

Le Canada. Le fameux film de Micheal Moore sur la tuerie de colombine a eu un effet positif sur l'image du Canada. Plusieurs m'ont demander si je barrais mes portes….Moi non mais d'autre oui. Le point négatif du Canada c'est la sud-africaine qui me l'a donné….. »It's boring ». It's boring par ce que tu risque pas de te faire tirer dans la rue pour 5$? Ça sonnait comme ça mais j'ai compris ce qu'elle voulait dire vraiment. Elle se trouve chanceuse d'être dans un pays qui est en plein changement. Elle sent qu'elle fait partis du chantier de construction. Je comprend ce point…je suis souvrainiste. Batir quelque chose! Le chum de la fille s'est joint à notre discussion. Ils organisent des spectacles là-bas. Backstage avec U2…gros party….ça doit être le fun…hé je me cherche une job!

Le lendemain j'avais seulement un souper de prévus avec les Irish. J'ai réalisé que j'étais en présence du genre de touristes que j'hais. Ça se plaint qu'il n'y ait pas de menu en anglais. Force toi le cul criss! « J'ai hâte d'être en Nouvelle-zélande un pays anglais »…Bien sacre ton camp tout de suite. C'est moi qui devais dealer avec le waiter car les innocentes comme bien des anglos que je croisent croient qu'en criant le plus fort possible les gens vont comprendre ce que tu dis. Hé la grande si je te cri NIAISEUSE tu vas tu plus comprendre? Réfléchis!…Tu es veggie et donc essai d'apprendre les mots relié à la viande et traîne ton dictionnaire.

C'est typique chez les anglos. Les canadiens, les british, les sud-africains rencontré ont cette chose en commun. Ils sont tellement habitué qu'il y ait de l'anglais partout que quand il arrivent dans une situation où il n'y pas d'anglais il en perdre leur moyen. S'ils sont dans un groupe où on parle pas anglais ils paniquent et pensent que l'on parle d'eux. Pourquoi pensez-vous que l'on parle de vous? Examples:

– Paul en réaction au fait qu'il était avec 5 allemands: « Je leur ait dit de parler anglais en classe »
– La sud-africaine m'a exprimer le même genre de situation
– Une fille du nouveau-brunswick m'a demander que l'on se parle en anglais moi et mon chum franco….Oui des fois si tu es impliqué dans l'histoire mais pas tous le temps!
– Dans les chambres de hockey pro j ai souvent entendu dire que les gars devait parler anglais dans la chambre.

Combien de fois je me suis retrouver dans des situations ou je comprenais rien….des centaines. J'ai jamais exprimer un souhait pareil. Devinez quoi cher anglais…je parle anglais maintenant et je commence à parler espagnol. Je comprend un peu pourquoi ils sont comme ça. Jamais ils écoutent de chansons dont il ne connaissent pas les paroles. Jamais ils ont vu de film dont ils comprenaient rien. Oui vous avez été éduquer avec l'idée que l'anglais est la langue commune et c'est vrai sauf que soyez pas centré sur vous-meme et quand vous vous retrouver dans une situation ou l'anglais domine pas….soyez apprentis au lieu d'être…. »Euh c'est pas correct…parlez anglais que je sache ce qui ce passe ». J'ai exprimer cette opinion à Mary et elle a très bien compris ce que je lui ait dit. Mary l'américaine. elle doit avoir commencé sa nouvelle job. Avocate dans un gros bureau à Chicago pour payer ces dettes d'études en 2 ans. Ensuite elle aider juridiquement les moins fortuné. Suite à son aveux qu'elle avait peur de devenir accroc au cash et au luxe grâce à sa nouvelle job dans un gros bureau d'avocat je lui avait dit « Tu peux vivre dans le luxe. C'est correct d'avoir le meilleur snowboard ou celui qui coûtent le plus cher….C'est con d'en avoir 4 alors que tu en utilise à peine 1". Elle m'a répondu… »Tu as dit les même mots que mon père ». Je sonne comme des parents asteure!

Je retourne à l'auberge. C'est mon dernier soir à Salta. Qui je rencontre?…la coké de San Pedro d'Atacama. La fille à la voix de France Castel mais espagnol. Elle souffre encore de sa débarque en sandboard. Je suis assis avec les Irish quand 4-5 argentins se pointent avec une montagne d'empanadas. J'ai faim, ça sent bon et je supplie le ciel qu'ils m'en offrent. 20 minutes plus tard..

– Tu en veux?
– Euh non merci
– Gène toi pas
– Ok debord!

J'en avale un….Come on! offre moi en un autre. Finalement j'en ait pris un au 10 minutes…Il en restait plein et si cela avait été juste de moi je les auraient tous engloutis. La coké m'offre de sortir avec eux aux bar à coté. Moi avec 5-6 argentins…c'est sur. Le monde est tellement sympathique avec moi que je m'interroge sur moi-meme…Tu devrais être plus friendly avec les gens au QC. Être moins gêner et plus du genre « Viens avec nous » « Veux-tu que je t'aide » « Viens je vais t'expliquer ». Prendre les devants au lieu d'attendre. Les gens font ça ici avec moi et ça m'aide beaucoup. Je le fais un peu mais seulement avec ceux que je connais très, très, très bien.

Le lendemain mon bus partait pour Cordoba a 9h30. J'avise Isis rencontré a San Francisco que je serais dans sa ville a 8hpm. Cette fille que moi et Kim avons rencontrer je la connais presque pas. On a sortis un soir ensemble mais je lui ait pas beaucoup parler. En allant au resto a 3h am moi et Kim on l'a croisé et elle est venu manger avec nous. Je lui ait dit que j'étais pour être en Argentine en octobre et elle m'a laissé son email. Elle m'invite à l'accompagner a Buenos Aires. Le monde est fin! J'aurais tu fais ça moi dans la même situation….jamais sauf que c'est le fun en criss quand quelqu'un te le fais. Je vais donc aller à Buenos Aires mais avant je dois me rendre a Cordoba.

9h15am je suis dans le taxi. Il y pas de stresse. Tiens! je vais voir c'est quoi le numéro de mon siège….fuck mon bus est a 9h05. Pas grave ils partent toujours en retard….sauf cette maudite fois là. Je manque le bus. J'ai prit des cours d'espagnole en cas de situations comme ça. Le gars me dit que le bus doit faire un autre arrêt et que je peux prendre un taxi pour le rattraper. Il m'avertis que ce sera serré. Le risque est élevé. Je demande au gars d'écrire la destination sur un papier. Je vais voir un taxi. Je vais là! Combien de temps? 30 minutes…Combien d'argent? 25 pesos. C'est loin, cher et risqué. J'ai 10 secondes pour décider. Je suis gambler et je mise tous sur le rouge. On part.

Je suis nerveux. Je vois une affiche. 35 KM pour arriver à destination. C'est Val-d'Or-Louvicourt. J'espère que le gars à bien estimé le prix car j'ai 50 pesos. 25 pour y aller et 25 pour le retour si je manque le bus encore. La route est longue. Pas de ville à l'horizon. Je me tortille sur mon siège….Pèse sur la criss de pédale. Ok ça semble une ville là-bas. Le taximètre est rendu à 30 pesos. Je suis dans la marde. Le taxi sort de l'autoroute et je vois un bus de ma compagnie sur le chemin….fuck c'est le mien. J'essaie d'attirer l'attention du chauffeur à partir du taxi…ca marche pas….J'ai tout miser et j'ai perdu. Par 30 secondes. 30 secondes c'est le temps que j'ai passer pour voir mes mail avant de partir. 30 secondes c'est le temps que cela a pris pour trouvé du change que la fille du desk m'avait donné par erreur.
Je deal avec le gars du taxi pour le retour. La ride va me coûter au total 50 pesos…Dire que ça m'a coûter 66 pesos pour le ticket de bus.

Je prend le bus de 8hpm pour Cordoba. Je serais la a 8ham et a 9hpm je pars pour Buenos Aires avec Isis….Si je vois le chinois je claque une dépression!

Advertisements