Pas de classes sociales dans la cour d’école

Un sur le blog où Pico me rappelle qu'il était présent à cette graduation de 6e année. J'étais pas encore ami avec lui, car il restait trop loin c'est-à-dire à un coin de rue….Que veux-tu? Ma gang restait sur la rue Fisher et Cadillac coin La Vérendry et lui était sur la rue La fonfaine coin Bourlamaque……200 mètres de trop. Un autre message que j'ai reçu est celui de D/O qui essaie de contaminer avec mon passé ma gang de frisbee et leur refilant certaines informations valdoriennes. Il faisait référence à un évènement qui a eu lieu en secondaire 3….En 1986, l'année de la coupe Stanley.

Au bachelor party d'un de mes chums montréalais c'était le contraire. Les gens présents connaissaient mon chum depuis 3 ans maximum. Si je fais un peu de party-fiction pour ne pas dire party-science-fiction et que je mets en scène mon mariage il y aurait de présent Pico connu au primaire, Huard en première année, Fortin et D/O secondaire 1 (tous ce que le mange-tout mange pas, je vais le mangé � Sketch de Pop-citrouille), Mike primaire, Perron le gars le plus drôle que je connaisse connu au secondaire.

Le problème avec ça c'est que tu n'as pas le droit à l'erreur, car ça reste longtemps. Régulièrement Huard me pique avec la fois où je suis arrivé à l'école en camisole bleue…on parle ici de 1976. T'embrasses une fille et les boys t'écoeurent avec cela comme si c'était hier….Ça fait 20 ans de cela calice ! Le problème pour eux c'est que j'ai beaucoup plus de mémoire qu'eux…avis à la gang de frisbee…les niaiseries que vous avez fait cet été et que vous souhaitez oublier sont bien ancrées dans ma mémoire. Dans 20 ans, vous risquez de vous faire piqué gentiment concernant une de ces niaiseries…si on se voit encore !

En restant dans une ville de taille moyenne, cela fait que tous les jeunes du même âge se suivent. Quand tu es enfant, tu vois tout le monde pareil. Pas de classe sociale. Tous sont égaux dans la vie. Tu joues en gang. Seul le fun compte. OK tu peux t'entendre mieux avec certaines personnes et moins avec d'autres, mais les critères de bonne entente sont exclusivement basés sur le plaisir. C'est la loi de la cour d'école.

Mais, plus tu vieillis, plus la division des classes sociales se creuse. Enfant tous le monde marche dans le large chemin tracé. Tu t'image que c'est le seul et que tous le monde, sans exception, sera sur cette route. Plus vieux tu réalise que tous n'ont pas suivit ce chemin évident dans lequel je marche avec les gens mentionnés plus haut et plusieurs autres que j'ai connu un peu plus tard. Pourtant à l'époque dans ma vision de petit gars quand tu étais hot tu restais hot. Si tu es cool, il n'y a pas de raison que tu ne le sois pas l'année suivante. Tous ensembles on s'en va par là !

En 4e année, je suis arrivé dans une nouvelle école. Je suis passé de Fatima…le territoire de Huard, D/O, Perron, Fortin etc…à Saint-Sauveur le territoire de Pico. Durant mon époque Fatima, j'habitais sur le boulevard Sabourin. Boulevard où maintenant je le réalise, est habité par des gens plus aisés. Je passais d'un quartier où il y avait 20 kid de mon age à un quartier où il y en avait que 4 dont pico qui restaient à des années lumière et qui se tenaient avec sa gang d'Atome élite. Moi j'ai fait Atome B deux ans de suite. En fait les jeunes habitaient plus loin dans les rues numérotées (15e rue, 16e rue, etc.). Ce coin était moins aisé que celui du Boulevard Sabourin mais quand tu es kid ça change rien.

Mon passage à l'école St-Sauveur fut frappant. À Fatima c'était tranquille….à St-Sauveur il y avait du monde qui se battait avec du monde de l'école anglaise…..Je ne sais pas si c'était régulier, mais j'ai été témoin d'une bataille.

Dans ma classe, j'étais le petit nouveau et rapidement j'ai réalisé qu'il y avait un king. Tout le monde tripait sur Peanut. Il était cool, il avait des blondes, il avait déjà frenché et tout. Dès qu'il y avait un genre de scrutin populaire c'était Peanut qui gagnait au grand dam de mon professeur. En 5e, lors d'un vote où Peanut avait gagné pour une xième fois de suite, le prof exerça son droit de véto et exigeait un vote du genre…n'importe qui sauf lui….Je fus le n'importe qui. Peanut c'était Bart Simpson. C'est exactement lui.

Dans ma tête, ce Peanut resterait cool et aimé de tous pour toujours. Le secondaire 1 arrive et toute les 6eme année des 5-6 écoles de la ville (plus les villages) se retrouvent à l'école Sacré-Coeur. Juste des secondaires 1 ensemble. Du jour au lendemain, Peanut est tombé dans l'anonymat. Il est passé du gars où tout le monde souhaitait être son ami à, c'est qui ce cave là? En fait il est complètement sorti de ma route..la bonne. Il était pourtant la même personne mais ce qui a fait de lui une personne réputée à Saint-sauveur n'a pas marché à Sacré-Coeur et il est devenus dans la gang des nobody. Il a doublé son secondaire 1 je pense.

Même chose pour S.Michaud. Le gars était LE batailleur de l'école St-Sauveur. Il sacrait des volées au monde..des vrais. Je le craignais un peu, mais lui ne semblait pas peureux. On avait un respect mutuel moi et lui. Convaincu d'en manger une j'avais peur de me battre avec et encore plus de dire à mon père que j'ai mangé une volée et lui devait être intrigué par le fait que je faisais du karaté. Ça pas rapport..tout est une question d'assurance et j'en avais pas. Bien content qu'il l'ait jamais su. Nous avons déjà fait alliance pour faire peur à un gars…oui j'ai déjà fait cela, mais cette alliance m'assurait d'éviter une confrontation, avec cette brute. Je n'ai jamais revu ce gars passé le primaire. En fait oui! Je l'ai vu. J'avais 22 ans et j'étais emballeur à l'épicerie. Le gars m'interpelle et me demande si je le reconnais. Tout heureux il me dit  » C'est moi S.Michaud « …un dwarf tabarnac. Celui qui me terrorisait au primaire?! Il n'avait presque pas grandi et il lui manquait 2 dents en avant. Moi universitaire je suis en train de placer l'épicerie de ce gars qui visiblement n'a pas suivit le même chemin que moi. Le passage au secondaire a probablement été aussi difficile que celui de Peanut. N'était-il pas supposé rester brute et avoir la même assurance qu'il démontrait dans la cour d'école.

Puis l'autre arrogant de Gary. À chaque récré on jouait au ballon chasseur. Il était LE meilleur et moi j'étais PARMI les meilleurs. Ces parties avait un petit quelque chose de good againts evil. Il sélectionnait 2-3 bons joueurs et moi j'étais comme celui qui ressemblait tous les autres dans mon équipe. Les faibles et les orphelins ;). 15 contre 4. Gary Darth Sideous et son sith contre Eltobito Skywalker et le reste de la classe. Comment je me suis ramassé à être le �chef' de l'équipe?…je ne sais pas, j'avais aucun leadership me semble. Comme dans Star Wars, à la fin il restait toujours Darth Gary et Luke Eltobito. Il me faisait chier royalement, car il était d'une arrogance et à chaque fois qu'il tuait un des mes hommes/filles il passait un commentaire…comme ils n'étaient que 4 de son bord je pouvais difficilement l'accoté sur le nombre de commentaires. S'en est venu aux coups une fois….bah je l'ai frappé et il m'a offert de régler ça après la classe….L'heure venue bizarrement il semblait avoir plein de fan et moi j'en avais aucun…gang de traître. Ils ont gagé contre moi…En fait vous rêviez d'être dans l'équipe de Gary mais comme il n'en prenait que trois vous étiez pris avec moi. Quand viens le temps de m'appuyer sérieusement vous gagez sur Gary…J'ai regardé Gary et ces fans et j'ai dit  » Non moi je ne me bats pas…ce qui est arrivé à midi c'est du passé  » j'ai poursuivi ma route, et lui est resté là….Il doit être encore là, car lui aussi à disparu au secondaire.

Puis vient le secondaire 2. On passe à la polyvalente. Ça va bien, je ne perds pas trop de monde. On tien la route. D'ailleurs, la gang du boulevard Sabourin semble tenir la route mieux que celle de St-Sauveur.

Secondaire 3. Dernière année avant d'avoir des cours plus fuckés du genre bio, chimie, physique…Dans ma classe, il y a quelques filles cool. Elles parlent de cul et semblent connaître cela. Elles ne sont pas gênées de parler de cela, elles racontent leur histoire, french avec des gars dans la classe, confronte les profs. C'est des filles fortes. Arrive le secondaire 4. Un an a en mener large et pouf…elles quittent ma route..la bonne. On ne les voit plus dans nos cours….Elles sont dans un autre corridor et suivent des cours technique….Elles quittent notre route et embarquent sur la trail de Peanut, Gary etc…Criss c'est par là qu'il faut aller. Je le sais! C'est évident et mes parents me l'on dit. La route qui pour moi est la seule route. J'ai même un chum qui a lâché l'école…Voyons, je pensais, que ça n'existait pas ! C'est impossible. On parle plus de quitter la route…on parle de se garrocher dans le précipice !

Secondaire 5. All rigth!. C'est l'année de la gradu. On s'en va toute la gang au cégep. Là c'est vrai. Tous ceux qui parcourent le même chemin que moi ne risquent plus de se perdre. Chacun a développé des aptitudes, les sportifs, les organisateurs, les bollé, les bollés-sportif, les bollés-organisateurs. Ceux qui sont en anglais fort et en math option. Ceux qui rush plus coté étude, mais qui tiennent leur bout, ceux qui étudient jamais et s'en tirent avec des75-85 %…c'est moi ça. Même si on a tous des amis différents, nous allons dans les mêmes partys et essayons tous de rentré dans le même bar avec des fausse carte. On signe nos livres de gradu, nous seront tous avocats, policiers, profs, ingénieurs, docteurs…Sur la bonne voie. La plus attayante, la plus populaire!

On s'en va tous dans la même direction. Tout est sous contrôle et nous sommes tous aux mêmes diapasons. La route est droite et dégagée. Jamais toutes c'est personne qui ont réussi à traverser le secondaire et que je connais en grande partie vont bifurquer…jamais !

Tout le monde se disperse dans les villes de cégep puis les villes universitaires et d'autre attaque le marché du travail immédiatement. Certains reviennent à Vd, d'autres s'établissent ailleurs. Mai, on a toujours moyen de savoir ce que les autres font. Toujours présent dans le même chemin que moi..la gang du boulevard Sabourin..Parmi les rares rescapés de St-Sauveur, il y a moi fils de prof et pico fils de directeur d'école.

Au cours des 10-15 années qui suivent tu réalises que non…C'est tu as passé l'épreuver du secondaire que tu risques pas de prendre le champ. Les gens que tu croyait dans la même route que toi pour toujours se perdent dans des ruelles. Untel est en arret de travail depuis 6 mois, un autre c'est suicidé, l'autre à abusé de quelqu'un, l'autre est en prison un autre est interné…..coudonc, y 'a-tu juste moi de normal. Comment cela peut arrivé. Je les connais c'est gens là. C'est impossible. Pourquoi ça ne reste pas comme au primaire dans la cour d'école …Où il y avait pas de Boulevard Sabourin ni de 12eme rue…juste un chemin bien droit et large avec des voies selon le goût des gens….pas de ruelle

Advertisements