Hé man! T’as 30 sous?

Profitons-en pour vidé me frigo des aliments vien de quelques mois…genre des restants de champignon, champignon ? Comme dans M.A a peur des champignons ! Mouah ha! n restant de piment vert, un restant de fromage rapé…rapé? rapper? Chi!chi!chi! chichi chi!chi!…hou, hou, ha houhou hou, ha…mondou que j'ai du fun a soir.

Tant qu'à faire des affaires que je fais jamais aussi bien de continuer dans la même veine… veine ? Comme celle que Leboeuf avait dans la face… héhé je suis incroyable.
Ou j'en étais donc ? Ah oui vidange, cleanage de frigo et vente de bouteilles…bouteille ? Comme celle que P s'est rentré dans le c….Ouias vendre des bouteilles… je suis tanné de m'enfarger dedans….Ça a pris quand même pris 2 mois à le faire.

C'est tu le fun han. Je n'ai même pas besoin de casser mon cochon. La vente de bouteille suffira amplement….casser? Comme dans casser les os de Perron…hi!ha! J'ai une 24 qui avait été amenée par Chuck le joueur de volley-ball et un 6 pack. Un gros 3 $. voleyball ? Comme dans ballon de volley qui sert de hall of fame à Mike ou comme dans Boubou le waterboy des Intrépides du Carrefour ?

Je n'en aurais pas assez par contre acheté une grignotine pour mon bedon…bedon? Bedon de laine et bedon rond! Je me demande ce que Pico fait. Bon let 's go c'est la t… prrrrrrrrrrout ! Oups. Je me demande ce que Pico fait.

Quand j'ai appris il y a longtemps que l'on recevait de l'argent quand nous allions vendre des bouteilles c'était l'euphorie. En bon niaiseux, je croyais qu'ils nous donnaient de l'argent par ce que la bouteille que nous allions vendre moi et JF Sicotte était une Labatt 50 et qu'il y avait 2�s de dessinées sur l'étiquette.

Grâce à cette grande découverte, j'obtenais mon indépendance. Plus besoin de quêter à grand-maman pour acheter des bonbons. Souvent elle me donnait en catimini une 25 �. Je tripais sur le 25 �. C'est le plus gros sou et l'orignal était cool….Orignal ? Comme dans les oreilles de Huard c'est comme un panache. En bon Abitibien j'appris vite à faire la différence entre un orignal et un caribou contrairement au citadin Nic qui croyait que l'orignal beuglait comme une vache… mais il sait c'est quoi la capitale de l'Ouzbékistan.

Quand je me rendais au dépanneur avec le 25 � donné par grand-mère, je me considérais riche. J'arrivais au dépanneur Val-d'Or et la fille (la soeur de Pico probablement) m'assistait pour la comptabilité… je ne savais pas compter !

– OK je vais prendre 3 de ça, 4 de ça et 5 de ça
– Il te reste 17 �
– Bon je veux ça, ça et ça… et un peu de ça
– Il te reste 12 �
– Ffffff, OK euh ajoute ça, ça pis ça
– Il te reste 8�

Man ! Ça finissait plus. J'avais trop d'argent à dépenser. Ce 25 � était inépuisable. Je closais tout le temps avec un genre de sachet double qui contenait de la poudre à 2 saveurs. Il y avait un bâton en bonbon avec cela. Tu le lichais et le trempais dans la poudre…Rien de trop beau pour la classe ouvrière.

Quelques années plus tard, je découvrais un jouet qui se vendait au dépanneur. C'était comme un genre de bâton où tu installais une hélice circulaire au bout. Tu tirais sur la corde et l'hélice s'envolait. Je tripais là-dessus. Moi et mon pote Iraca avions passé une journée complète à arpenter les terrains vagues. Fallait trouver des bouteilles qui nous permettraient d'acheter des hélice à 25 � pièce. On faisait plein de dépanneurs, le Val-d'Or, le Chantigny, la Glaneuse….glaneuse?? C'est quoi ce nom là? Non mais ça à l'air de rien comme ça, mais ces 3 dépanneurs étaient répartie sur un grand territoire pour des jeunes flots…on les avais gagné nous hélices.

Quand moi pis Iraca on s'y mettait on en faisait du chemin. Une fois nous étions allés jusqu'à la côte de 100 pieds. Là on était en territoire ennemi… le coin de l'école St-Joseph ! Nous qui étions des St-Sauveur. Cette fois je croyais que nous étions perdus, mais Iraca, 1 an plus vieux que moi, m'assurait que non. Quand j'ai vu le cric à marde j'étais-tu content. Et, cerise sur le gâteau, nous étions arrivés juste à temps pour Bobino. Hé oui il y avait un cric à marde en arrière de chez Iraca et nous allions toujours jouer là. Y 'avais-tu vraiment de la marde là-dedans ? Pour nous oui. Pour Raoul Duguay non. Dans sa chanson  » la Bitt à Tibi  » il dit

Quand j'étais petit, j'allais jouer aux bois
Avec les épinettes et les bouleaux
J'aimions gazouiller avec les oiseaux
Quand j'étions petit je suivions le ruisseau

Ruisseau, cric à marde, on parle de la même place.

J'arrive au dep avec mes 2 caisses. Caisses que j'ai failli casser, car en nono je voulais faire un seul voyage vidange/bouteille. Arriver à la porte du bloc tout était sur le point de tomber quand la black d'en bas, ou le black je ne sais pas trop, car il ou elle avait un capuchon, m'aida à ouvrir la porte. J'arrive au dépanneur. Je dépose mes bouteilles et je prends 1 litre de lait ainsi qu'une bouteille de Pepsi. La fille additionne et soustrait mes bouteilles…  » Ça fait 24 � « . J'ai failli prendre un jujube à 1 �. Il y a 30 ans, 25 � c'était trop pour moi et maintenant je fais de l'overtime pour payer mon ostie char, que personne ne veut. Je l'ai annoncé dans la presse et je n'ai pas reçu un maudit email ! Je ne désespère pas….Char? Char comme dans ce faufiler dans de celui de son chum pour faire parking à 5h du matin

Advertisements