Moi, le bon gars

Après une partie de frisbee plus ou moins satisfaisante et un get together au Magnan, je rentrai chez moi tranquille. Doté d'un sens de l'orientation incroyable, j'avais servi quelques heures auparavant de guide à 3 voitures pour nous rendre chez Magnan. J'avais facilement conduis ma caravane en faisant qu'une toute petite erreur.

Avant d'aller à la maison je décide d'aller au dépanneur. J'entre au dépanneur et une grande fille au visage assez écorché merci ce tien devant le comptoir. Gêné de la dévisager je détourne le regard. Elle porte de courts shorts et je remarque qu'elle a de belles longues jambes. Je me dirige vers le frigo, prends un pepsi et vais vers le caissier. La fille m'interpelle.
– Do you speak english?
– Yes
– Do you know where is the street Louaaawol
– Sorry?
– Euh Loware I don't know how to say it
– Can you spell it?
– No
Elle me présente la carte de la ville. Je la saisis ne sachant pas trop quoi chercher sur la carte. Tout ce que je sais c'est que le nom de la rue commence par L. Je lui demande ce qu'elle cherche exactement. Elle me répond qu'elle s'est perdue en allant conduire ses amis au centre-ville. En revenant à son auberge jeunesse, elle s'est retrouvée sur le pont Jacques-Cartier. Elle a réussi à revenir à Montréal, mais elle n'a aucune idée où elle est, ne connaît pas le nom de l'auberge ni l'adresse. Je lui demande si elle a un pamphlet de l'endroit dans sa voiture. Elle court voir.

Pendant ce temps, je paye mon achat, plie la carte de la ville et m'apprête à sortir pour lui donner. Le monstre (6 pieds 4 et large comme un truck) me dit  » Euh c'est ma carte « . Je fixe ses cheveux multicolores et porte un jugement en me disant  » Gros tata. La fille est perdue raide, ait un peu de façon « . Je lui rends sa carte et va à la rencontre d'Emma. Elle marche piteusement vers moi les mains vides, elle me regarde. Je remarque ses yeux humides.
– Dis-moi ce qu'il y aux alentours de ton auberge
– Euh un resto, un parc et la rue est one way sur un bord et one way de l'autre.

Mmmm école, parc. Je me dis Parc La Fontaine et l'école coin Rachel/des Érables.

– Voilà ce que l'on va faire. Tu vas me suivre, Je vais t'amener dans le coin que je pense et on marchera afin de trouver l'auberge.
– Vraiment !? Merci.. Ça ne te dérange pas.
– J'ai voyagé un peu. Je vais t'aider.

Je pars, elle me suit. De caravane à 4 voitures pour trouver le Magnan elle est ramenée à 2 pour la recherche de l'auberge perdue. J'emprunte la rue des Érables. On arrive à la hauteur de Rachel. Elle ne reconnaît pas le coin. On passe De Lorimier et on se stationne. Je vais lui faire faire le tour du parc à pied. Elle ne cesse de me remercier.
– Quand je suis allé en Amérique du Sud, j'ai trouvé les gens tellement fins avec moi dans certaines situations critiques que j'avais remis en question mon attitude du gars-qui-fait-sa-petite-affaire-et-pense toujours-que-quand-un-étrange-s'adresse-a-lui-c'est-pour-quêter. Ça me fait plaisirrendre la pareille a quelqu'un.
Déjà je ne voyais plus son visage écorcher. On approche Rachel/Berri. On n'a pas vu de rue commençant par la lettre L. Elle ne reconnaît pas le coin du tout. Elle me demande si j'ai un portable afin qu'elle puisse appeler ses amis qu'elle a laissés au centre-ville. Elle va leur demander le nom de l'endroit.
– Non, pas de portable. En fait oui mais je le traîne pas avec moi (niaiseux). Mais pourquoi tu n'es pas sorti avec tes amis ?
– Bof, je voulais prendre ça relax. On est sorti pas mal hier.
– Il y a un téléphone payant au Bar Tap Room. Tu appelleras de là.

On arrive au bar. Le téléphone est dans l'entrée. Pendant qu'elle tente de les rejoindre je suis dehors a regarder les 2 petites cutes qui fument une cigarette avec….Eric Lapointe. La tentative d'appel de Emma échoue.

Bon OK. Ça fait un bout que j'y pense et que j'hésitais, mais là on a pas le choix.

– On va aller chez moi. Je vais chercher sur le net les auberges jeunesse de Montréal et voir si elles ne sont pas sur une rue qui commence par un L.

Elle réfléchit et est évidemment hésitante. Je lui dis que je ne vois pas d'autre option.
– Je sais que tu ne me connais pas mais il n'y a pas d'autre solution.
– Non c'est correct
– Mais avant, je vais te faire marcher sur la rue parc Lafontaine. Je suis pas mal sûr que ton auberge est dans le coin ici. Quand j'étais à Halifax, un couple d'Albertains m'avait dit qu'il était resté dans une auberge près du parc.

On descend la rue. Je vois un homme en train de balayer son entrée. Je lui demande s'il connaît une auberge dans le coin. Il me dit qu'il y en a une juste là 4 maisons plus loin. Good ! On va pouvoir leur demander où sont les autres auberges du quartier. On arrive au building. À côté de la porte il y a une petite affiche avec un H. C'est cette affiche que je cherche depuis le début de notre quête. Elle indique que c'est un gîte quelconque.

Dam ! C'est barré. Je décide d'arpenter Duluth. On jase. Je lui parle d'Ermes et qu'il y a un personnage qui se nomme Emma comme elle. Elle me dit que mon anglais est bon, qu'elle s'apprêtait a s'asseoir dans sa voiture et pleurer si je n'étais pas arrivé, qu'elle est allée à Vancouver, à Whistler et qu'elle aime vraiment Montréal. J'ai jamais rencontré un touriste me dire qu'il n'aimait pas Montréal…jamais !

Bon that's it. On ne trouve rien. Faut aller chez moi. Nous allons récupérer nos voitures. Je lui explique le trajet et lui promets qu'on va trouver une solution. On passe De Lorimier. On est sur Rachel. Elle klaxonne. Je me tasse sur le côté.
– Je crois que c'est dans ce bout ici
– Ça, ce peut, il y l'école ici pas loin et un resto sur le coin. Allons voir.

On est exactement à l'endroit que j'avais en tête il y a de ça plus d'une heure trente. On monte de Lorimier. Elle s'arrête brusquement et m'attire sur le côté ouest de la rue.  » C'est là ! On l'a trouvé « . Hey que mon sixième sens est vraiment fort !

Je regarde l'enseigne de la rue et comprends. Si tu lis l'affiche le  » De  » de De Lorimier est écrit en petit et sur une autre ligne (Avenue de) . Ce qui donne l'impression que la rue s'appelle Lorimier. Pour elle, la rue commençait par un L mais pour moi elle commençait par un D. Et effectivement à la hauteur de Rachel elle est one way vers le sud et one one way vers le Nord.

On va récupérer les autos. Elles ne sont pas très loin, mais encore une fois elle a de la difficulté à la retrouver. Je lui explique comment se rendre à son gîte et la suis jusqu'à l'auberge.

– Well a…..see you around !

See you around….j'ai vraiment dit n'importe quoi

« M'a rouler mon journal, m'a callé l'orignal, Quand j'va être un bon gars »

Advertisements