Des bizarres plus bizarres que moi

Afin de ne pas être trop perdu lors de mon périple en Amérique centrale, je me suis inscrit à des cours d’espagnol. Question de me remettre dedans. Comme dans tout bon cours de langue, ça commence avec un test de classement. Dans mes souvenirs d’il y a trois ans, c est que qu’une combinaison d’espagnol, de gesticulations et de « répétage » je finissais par me faire comprendre et/ou comprendre l’autre. Plusieurs théories sont possibles. Soit que mon espagnol était pas si pire, soit j’étais un pro de « Fais-moi un dessin » ou soit j’étais un pro de « Mi Mé Mo ». Parmi les trois choix possibles, j’y vais pour le « Mon espagnol doit être pas pire ».

Je m’en vais à mon test de classement…. j’étais un pro de « Mi Mé Mo » finalement. Je suis classé niveau 1. Je visais le 2 merde!.

Je suis maintenant au niveau 2. Yé! On s’est débarrassé du bois mort du niveau 1. Ceux qui restent sont plus motivés et il y a des nouveaux. À force de se faire demander son nom, son âge, son passe-temps et le nom de tes chats aux fins d’apprentissage de la langue, tu commences à connaître les autres. Voici les personnages rencontrés au cours de ces 11 semaines.

L’homme-femme ou la femme-homme

La première fois que je l’ai vu, sans me poser de question, j’assumais que c’était une fille. Il/Elle dit quelques mots. Mmm, ça sonne gars. Je le/la regarde plus attentivement. C’est un gars. Voilà c’est réglé c’est un gars.

La feuille de présence circule. Je suis le 5eme à la recevoir. Je lit les noms,. OK lui c est lui, elle c est-elle, lui c est lui et lui c’est….Criss c’est un nom fille. Le « il » a un nom de « elle ». Je connais une fille qui s’appelle Stéphane, ça doit être le même pattern, mais à l’inverse. Un masculin avec un nom féminin. À mon retour à la maison, j’ai demandé conseil à Sandy. Selon elle c est une fille à cause du nom. Comme elle ne l’a pas vue, je garde mon diagnostic. C’est un gars ça!

Semaine 2, j’analyse, j’observe… et je fais rapport à Sandy. Gars ! Semaine trois…Gars ! C’est un gars Sandy ! Il/Elle avait les cheveux détachés et il avait tout de même l’air d’un gars. Ces parents ont décidé de lui faire une joke en lui donnant un nom de fille et ils ne voulaient pas utiliser les classiques tels que José ou Carol.

Quand tu apprends une langue, tu as tendance à ne pas trop focuser sur le masculin/féminin. On verra les subtilités plus tard. Sandy m’avait conseillé de porté attention à ce que l’homme/femme dit durant les exercices. De cette façon, je pourrais enfin savoir si c est un El ou une Ella.

Quatrième semaine. Mon gars est toujours un gars, car je n’ai pas d’indice prouvant le contraire à part son nom. Le prof nous fais faire un exercice d’équipe ou on doit parler de notre coéquipier en utilisant des lui, elle, il,le, la. Jackpot! Le moment de vérité. Le « il » est paire avec le dentiste. Le dentiste est bon, donc il ne fera pas trop d’erreurs, et par conséquent va m’aider à mettre au clair toute la patente.

Il commence. Le dentiste décrit l’homme-femme….Il utilise « elle »une fois, « elle » 2 fois…Le prof ne corrige le dentiste et donc… c’est une fille! En fait comment il a fait le prof pour savoir que c’est une fille. L’exercice ce poursuit… « il » une fois, « il » 2 fois. Le prof ne le reprend pas….Bon, le prof et le dentiste sont aussi mélangé que moi. Soudain, j’entends le prof dire « Ella » et le dentiste de répondre « oups c est vrai » . Confirmé ! Le « Il » est une « Elle ». Ouain tsé! Ce « Ouain tsé » c’est les 2 mots que le « elle » a dit pour montrer son étonnement quand le dentiste à utilisé le « il » par erreur. La « elle » a dit Ouain tsé! Ouain tsé! Comme si c’est évident que c’est une « elle ». Ca fait 4 semaines que je me casse la tête et Mr.Elle se permet un Ouain tsé!

Le voleur de joke

Je fais équipe avec mon voisin de table. On doit trouver des phrases avec Por ou Para. Pas le goût de me casser la tête, je dis à mon coéquipier « Una cerveza por favor ». Il la trouve bien bonne et me dit. « Je vais la dire tantôt quand elle va nous demander nos phrases » . Euh c’est MA phrase. Mon prof demande à notre équipe nos phrases. Je prends le lead. Je regarde à gauche, je regarde à droite et bang « Una cerveza por favor ». La classe rit et je suis le héros! Mon coéquipier me dit « ah merde j’aurais du la dire ». Hé le grand! On n’est pas dans un concours de joke et en plus c’est MA joke!

La semaine suivante. On devait dire des traits de caractère de vedettes. Jennifer Lopez vient sur le sujet. Allons-y d’une blague sur son gros cul. Il n’est sûrement pas gros, mais c’est de notoriété public comme blague. Je commence à baigueillé, je ne trouve pas mes mots, mais le dentiste, qui est un petit bright, voit dans mes yeux où je veux aller. La joke est brûlée, mais il l’a rit quand même. J’explique au voleur de joke ce que j essayait de dire. 2 minutes plus tard, il me montre le mot « postérieur » dans le dictionnaire. Whatever le grand! La joke est brûlée. Comme d’habitude, le prof nous demande nos phrases….ben criss le gars a dit ma joke. Elle étais brûlé, pas si drôle et surtout pas la sienne, et il l’a dit quand même !

Le sceptique

C’est le plus âgé de la classe. Le gars est au niveau 2. Visiblement il s’est déjà trouvé dans des situations où il a dû utiliser l’espagnol. Il a pris au vol quelques notions d’espagnol, mais probablement tout croche, car il est au niveau 2 sur 6. Notre prof vient d’Espagne et il se permet d’être sceptique sur certains concepts que le prof explique….T’es au niveau 2 mans ! La ferme !

La je-ne-suis-pas-vite-je-le-sais-pas-mais-je-m’arrange-pour-que-tous-le-monde-le-sache

Dans un cours les gens ont tendance à se garder une petite gêne. Si tu ne comprends pas, tu lèves la main, tu demandes des précisions tout en précisant ce que tu ne comprends pas. Si après 2-3 précisions tu n’as pas encore saisi, tu lâches le morceau en te disant j’y reviendrais plus tard. Tu ne veux pas retarder tout le monde.

Après un premier cours sans problème, nous nous sommes retrouvés avec une nouvelle collègue pour le cours 2. Me semble que quand tu manques un cours tu restes « low profile ». Ne commence pas à réclamer des explications. Tu n’étais pas là la semaine passée. Vis avec. Visiblement la nouvelle ne connaît pas ce concept. OK on va lui donné une chance. Ça doit être le stresse du petit nouveau. Plus tard, elle se tourne vers sa voisine et dit d’une bonne voix « Qu’est ce qu’elle a dit ». Hé pas besoin que toute la classe sache que tu n’as pas compris. OK, elle a sûrement sous-estimé comment le son de sa voix voyage.

Chaque fois que son tour venait pour répéter ce que nous venions d’apprendre, c’était pénible. C’est correct, elle est là pour apprendre. Tous n’ont pas la même vitesse. J’ai arrêté de lui donner des chances quand elle à criée un « Je ne comprends rien ». …On n’est pas au secondaire Madame ! J’ai failli lui dire, mais elle m’aurait sûrement lancé des effaces.

Advertisements

2 réflexions sur “Des bizarres plus bizarres que moi

Les commentaires sont fermés.