Jour 8 : Seul dans le village avec les coqs

4h35 AM. Je me fais mettre dehors de l’hôtel à ma demande. Mon autobus part pour Tegucigalpa à 5h15am. Bizarrement les fois que j’ai eu à me lever tôt, je l’ai fait à froid. Pas de cadran, pas de toc,toc,toc WAKE UP !

Je n’arrete pas de lire dans mon Lonely Planet: ce n’est pas sécuritaire ici, dangereux là, attention au pickpocket, sortez léger et ne sortez pas seul le soir. Le problème c’est que je voyage seul. En plus, rien indique que le livre exagère.  Ici,  18h  et les portes de métal des commerces commencent à apparaître. Les gens ce font radicalement moins nombreux. Tous le monde se cachent.

Je me doutais bien qu’à 4h du matin il n’y aurait aucun taxi à 3 roues et que je devrais me taper le trajet à pied. Trajet que je connais plus ou moins. J’ai un tracé en tête mais il n’a pas été testé. Si mon tracé n’est pas bon, la recherche du terminus sera pénible !

Mon idée est :

-Sors de l’hotel et part vers la droite
-Passe le parc et tourne à droite
-Va tout droit. La rue courbe et se sépare en 2. Avant la séparation je devrais voir le terminus au loin.

Je sors de l’hotel. La porte se referme derrière moi. Le claquement de la porte fais echo dans tout le village. Le silence règne en roi et maître et je suis là pour le déranger. Toute ma vie est sur moi. Backpack sur le dos, sac a dos sur le….ventre, Sacoche de fif en bandoulière, super carte de crédit, carte de guichet, argent US, chèques de voyage dans une pochette sous mes vêtement.

Pas une voiture circule. Je commence à me déplacer. C’est la première fois que je marche avec tout mes bagages sur une distance supérieure à 10 mètres.

Premier coin de rue…CLEAR! 2eme coin de rue…il y a un homme assis sur le porche d’une porte. Dans le jour, il y a toujours des gardes avec des gun à cet endroit. Leur présence doit être justifié. Qu’est ce qui empêche ce gars de me sauter dessus. C’est clair que j’ai des choses de valeur dans tout cet attirail. Un kodak à 400$, un autre à 100$, un Ipod à 90$, 100$US. Il n’y a que moi et lui et je suis le plus vulnérable des 2. S’il y a une confrontation, c’est sur que j’achete la paix.

J’essaie de ne pas le regarder dans le but de lui envoyer comme message que je trouve cela normal qu’il soit écrasé là par terre.. J’utilise les yeux que j’ai derrière la tête pour le surveiller. Il ne semble pas être une menace. Je poursuit ma route. Je passe devant le parc. Pas âmes qui vivent. Tous le monde dans le village savent que le bus part à cet heure. Me semble que c’ est facile de ce faire une gang et d’aller vider les poches des touristes.

Les seuls bruits que j’entends c’est le chant des coqs. J’en entends au devant, au loin à gauche et derrière moi. Un coin de rue plus loin s’ajoute le son de « tic, tic, tic ». C’est le bruit des griffes d’un chien qui marche sur le pavé rocheux. Je ne sais pas trop si le chien est menaçant ou pas. Me perçoit-t’il comme un chef de meute ou le contraire? Je me rappelle des conseils de César l’homme qui parle aux chiens(Canal vie). Tous est dans l’énergie que tu dégages. T’es nerveux, le chien est nerveux. Je me dresse droit et lui pousse un bombe d’énergie de confiance. Le chien poursuit sa route. En fait il se fout de moi comme l’an 40.

Bonne nouvelle. Je suis en haut d’une cote et je vois le terminus au loin. Mon tracé est parfait. Je remarque que le terminus est fermé. Je vois des ombres. Ce sont des gens qui lancent des choses. Merde! J’appréhende des saoulons qui s’amusent avec des pétards qui n’explosent pas ! Je n’ai pas envie d’avoir à dealer avec eux sur un quai de terminus qui n’est même pas encore ouvert.

Je suis encore trop loin pour voir ce que les personnes font et combien elles sont exactement. J’écoute. Un des bruits me semble familier. MMM ce bruit je l’ai entendu maintes et maintes fois. C’est du plastique qui frotte le sol. Oui voilà. C’est le bruit d’un frisbee qui tombe sur le pavé. Des gens, sûrement des nord-américain, sont en train de passer le temps et se lance le disque en attendant le bus.

J’arrive sur le quai. Je demande aux gars s’ils jouent au Ultimate. Il me répondent par le négatif. C’est sur. Tout joueur d’Ultimate sais qu’un frisbee sur l’asphalte c’est pas très bon.

Advertisements