Jour 10 : La naissance d’un super-héros.

4ham. Mon départ pour Managua est a 5h am. Stratégie pour me réveiller à temps ? Dors sans mon CPAP. Encore une fois ça marche. Je me lève à froid sans toc,toc,toc WAKEUP. L’avantage de cette stratégie c’est que je peux paquetter tout mon stock avant de me coucher. Alors que si j’utilise ma machine pour dormir, je dois terminer mes bagages au levé. Une américaine qui habite l’hotel prend le même bus que moi et donc la recepetionniste nous a matché pour le taxi. La fille m’avait dit la veille qu’elle n’avait pas beaucoup de bagages. Pas beaucoup ! Elle a un petit sac à dos. Mes jeans entrerais à peine là-dedans. Je suis jaloux. C’est mon rêve de voyager aussi léger. Mais avec le criss de CPAP je ne peux pas.

On arrive au terminus. Je suis un peu nerveux de passer la frontière avec seulement 40$US. Comme j’ai du payer mon autobus comptant, je suis tombé sous mon niveau de confort. 80$ US sur moi et je me sens en business. Il y a toujours de frais pour sortir du pays. Habituellement ça ne dépasse pas 10$ mais 40 – 10 = 30. J’arrive dans une ville que je ne connais pas avec seulement 30$. C’est pas l’ideal. On m’avise que les frais seront de 8$.

En attendant l’autobus, je fais la rencontre d’un monsieur et son fils. Le jeune a dans la vingtaine et le vieux dans les 50. Lonely Planet à la main, le monsieur semblent très sympathique alors que le jeune semble préoccupé. Ce sont des Américains et il commencent donc à jaser de leur patelin avec ma compagne de taxi. Ils sont tous de la Californie.

Arrivé dans l’autobus, je remarque que la californienne est assis derrière moi. Elle engage la conversation.

– Tu as entendu ce qui est arriver aux 2 autres hier.
– Non quoi ?
– Ils sont allé au guichet. En sortant de là ils se sont fait arrêter par des policiers. Ils ont été fouillé. Les policiers ont pris leur argent et sont partis. Il n’avait que 20$ c’est pas si pire.. Le problème c’est qu’ils n’ont plus de comptant pour traverser la frontière.

Voila ! Quand je dis que tu veux pas dealer avec la police ici. Comme je disais à mon ancien poulain Fugère, ne baisse pas ta garde. Il ont pris une chance de sortir à 11hrs le soir, ils faisaient bien attention aux gens qu’ils croisaient et finalement c’est les policiers qu’ils les ont volé.

Le manque d’argent à la frontière est en plein le genre de situation que je redoute. En plein le genre de situation qui m’est arrivé en Bolivie. Heureusement, j’avais réussi à dealer mon passage avec un 5$ canadien que je traînais sans raison. Par solidarité, la californienne à prêter l’argent aux 2 hommes.

Solidarité du backpacker. Tu te connais que depuis quelques heures mais tu t’entraides même si tu risques de ne plus revoir ton cash. Mon chum Cote à fait cela avec un Québécois en Europe. Il a jamais revu son cash ni ses photos. Une fille à fait cela pour moi sur le volcan. Le taxi à cheval était plus cher que je croyais et l’autre fille à taxi, une allemande, m’a passer l’argent. Elle à même refusé les 5$ supplémentaires que je lui offrais.

L’autobus part. L’hotesse de l’air nous distribue les papiers de douane puis viens nous collecter notre 8$. Ça semble être long derrière. J’entends argumenter. Quelqu’un arrive à mon siège. Une British selon l’accent.

– Salut ! Tu es Canadien ?
Ça parait tant que ça ! Va falloir que je fasse de quoi!
– Yes ! Hey !
– On est dans le trouble. On ne savais pas qu’il fallait payer 8$ et là il nous manque 4$ pour moi et ma chum. Tu peux nous aider? On a un 5 livres sterling.

Qu’est ce que le reste de la planète a à foutre des livres streling. Je réalise que je suis un voyageur expérimenté. C’est comme quand il y a un nouveau à la job et que tu dois le former. De par les questions, tu réalises que tu en connais des choses. J’étais stressé d’avoir seulement 40$US sur moi et elles sont partis avec un gros 12$…a 2 !

Appeler à aider des backpackers à mon tour, je le fais avec plaisir. Je leur refile les lempiras qui me reste. Je suis maintenant un héros. Je vole au secours des petites backpacker en détresse. La fille ne cesse de me remercier et sa chum aussi. Appelez moi « El Backpacker ». C’est ma nouvelle identité secrète. Mon costume…ma casquette style Fidel Castro. Mes armes de prédilection…le dollar US et le Lonely Planet. Ma kryptonite….les réveilles matin et la diharé. Ma plus grande fan, celle pour qui je ferais tout pour lui venir en aide….Sandy-Jane Watson. Fin jour 10.

Advertisements

4 réflexions sur “Jour 10 : La naissance d’un super-héros.

Les commentaires sont fermés.