Jour 17 : Oh oui! Une bonne vielle matraque

Après avoir terminé la paperasse de payage d’hôtel, lavage de vêtements et de réservation de tour, je me dirige vers ma première exploration de San Jose. Comme je suis arrivé tard la veille, je n’étais pas sortis pour voir la ville en arrivant. Le passage des douanes fut difficile. Donne les passeports, retour des passeports, redonne les passeports et retour des passeports. Je ne sais pas c’est quoi le rapport, mais nous avons passé aux douanes pour sortir du Nicaragua et repasser à d’autres douanes pour entrer au Costa Rica. C’est la première fois que je fais cela par voie terrestre. Sont bien téteux le Nicaragua! Ils fouillent nos bagages, les brassent de façon insignifiante et nous font passer aux douanes à la sortie. Vous vous prenez pour qui ? G.W.

J’ai réalisé en marchant dans les rues de San Jose que ça faisait des lunes que je n’avais pas vu de gens marcher avec pleins de sac dans les mains et de ne pas avoir milles et un vendeurs de gugusse posté partout. Seulement un par ici et par là. Malgré les avertissements de la présence de pickpockets, je sentais que j’étais dans un environnement plus sécuritaire…et plus riches aussi. J’ai senti un certain réconfort. Comme si on venait de me donner un break de misère et d’insécurité.

Pourtant, à mon arrivée la veille, de voir par la fenêtre des Casinos, des hôtels luxueux et des concessionnaires automobiles des toutes les marques m’avaient un fait chier un peu. Je me disais, « Cibole, pas déjà à Montréal ». C’est quoi toute cette prospérité apparente. Je ne suis pas prêt pour cela encore. C’est au Panama ça, pas ici. Pourquoi au Panama? Parce que j’ai vu une photo où l’on voit un Payless ShoeSource. J’avais dit à Sandy « Enteka s’il y a un Payless ShoeSource là-bas c’est qu’ils vont sûrement avoir tous  les magasins ». Ça doit aller du Wal-mart à la Binerie Mont-royal en passant par le Croteau. Payless ShoeSource…voyons donc!

J’associais le Payless ShoeSource à des magasins cheapo et surtout  à une chaîne plus ou moins local. Et bien, toutes les villes que j’ai visité ont des Payless ShoeSource. Toutes. Ils ont envahi l’Amérique Centrale. Je me serais attendue à voir des Aldo, des Yellow ou je ne sait qu’elle autre chaîne, mais pas de maudit Payless.

J’étais à la recherche d’une banque Scotia. Moi et la banque Scotia on a une relation particulière depuis le Chili et quand j’ai vu qu’il y en avait au Costa Rica, j’ai décidé d’en faire mon fournisseur officiel de ca$h. J’ai marché un bout pour me rendre là. Je n’irais pas là trop souvent. Durant cette longue marche, la vue de policiers seulement armé de matraque et d’un gun m’a fais faire un « Haaaa! »  Comme dirait mon ami Rico, « c’est comme à la maison ». À la vu de cet accoutrement familier pour des policiers, cela m’a fait comprendre que de voirs des mitraillettes et des .12 à pompe dans les mains de tout ce qui est garde, police ou soldat ça te ronge endedans. Ca t’encourage à etre méfiant. Trop, c’est comme pas assez.

Advertisements

2 réflexions sur “Jour 17 : Oh oui! Une bonne vielle matraque

  1. comme a la maison lol histoire de garder mes repères de Marseille , on est bien loin de tout ca icit …

    NB : Yanicko m’a joué un sal tour à ton sujet vis à vis du temblement de terre au Costa-Rica . Je veux lui rendre la monnaie de sa pièce mais je vais attendre ton retour histoire de faire ca en règle 🙂

    J’aime

  2. Ah le Costa Rica… Finalement, j’ai jamais eu le temps de te dire quoi visiter la-bas…
    MANUEL ANTONIO!!! LES CHUTES DE LA PAZ!!! MONTEVERDE!!! PLAYA GRANDE!!!

    Juste traverser les montagnes en auto, c’est hot!

    J’aime

Les commentaires sont fermés.