Comment ça marche?

 

Régulièrement je fais face à des gens qui ne savent pas comment ça marche. Je sais comment ça marche. Normal, je suis hot. Je regarde un site web avec plein d’innovation technologique pour la première fois et j’ai une petite idée comment ça marche.   Normal je travaille là-dedans. Je regarde un fucker faire le fucker et je sais comment ça marche le fuckage. Normal je suis fucker. Je regarde  un gars faire une joke plate mais drôle en même temps. Je comprends où il voulait aller. Normal je sais comment ça marche.

N’empêche que d’observer quelqu’un qui ne sait pas comment ça marche peut être frustrant par moment.

Chaque matin de la semaine des milliers de personnes empruntent le métro. Ça va bien. Nous sommes  un par-dessus l’autre, nous sentons le swing du voisin et nous tolérons les 2-3 morons qui gardent leur sac à dos sur leur dos. Ces 3-4 morons font partis de ceux qui ne savent pas comment ça marche mais bon, collectivement nous savons comment ça marche.

La fin de semaine c’est une toute autre affaire. La plèbe qui sait comment ça marche la semaine est soudainement diluer par un envahisseur. Ceux qui ne savent pas comment ça marche. Les non-habitués. La fin de semaine tu te retrouves dans un train avec 20 fois moins de personnes et tu te sens tassé, pogné, étouffé. Il n’y a pas de place. L’envahisseur de fin de semaine est chaotique. Il occupe l’espace de 8 personnes dans le train. Il entre dans le train sans attendre que les autres soient sortis.  Il fixe la carte du métro comme on fixe un décolleté. Ils ne sont pas dans leur bulle où s’ils le sont, ils le sont trop. Ceux qui savent comment ça marche se disent “Sortez-moi d’ici. Au secours trop d’imbéciles heureux”

Ceux qui ne savent pas comment ça marche sont partout. A tout moment ils empoisonnent la vie de ceux qui savent comment ça marche. On peut les retrouver dans une file au Tim Hortons.

Par soucis d’efficacité il y a 1 personne à la caisse et une personne qui prend les commandes de cafés. Quand tu sais comment ça marche tu t’installes dans la file bien tranquille. Même si tu es le 4eme dans la file il peut arriver que la dame aux cafés te demande si effectivement tu veux un café. Si c’est le cas, tu lui cri calmement ce que tu désires afin qu’elle le prépare d’avance. Ainsi, quand c’est ton tour il ne te reste qu’à payer. Simple et efficace.

Mais, régulièrement on saupoudre quelqu’un qui ne sais pas comment ça marche dans la file. Lui quand il se fait demander s’il veut un café alors qu’il est le 4eme de la ligne il vire fou. Il trépigne, comme une matante qui vient de remporter la poule aux oeufs d’or. Je l’entends dire dans sa tête “Fuck you tout le monde. La fille du Tim me fait passer en avant de tout le monde. Elle m’aime. Je suis privilégié”. Il se garoche en avant de tous avec son meilleur sourire fendu. Il est très grisant de voir c’est gens qui ne savent pas comment ça marche se faire apprendre comment ça marche justement. Quand il se fait dire de reprendre sa place dans la file son sourire fendu disparaît soudainement et on voit apparaître des dizaines de sourires fendus de la part des gens qui savent comment ça marche.

 

Bien que je sois une référence suprême du comment ça marche, je dois avouer que je ne suis pas parfait et que oui parfois je ne sais pas comment ça marche.

Dans un peu moins de 3 semaines, je vais me transformer en méga mec qui ne sait pas comment ça marche. Je pars a Cuba.  Naïvement je me disais ‘Pffff ya rien là. Je sais comment ça marche.” Normal que je pense cela. J’ai parcouru 80% de l’Amérique central et 75% de l’Amérique du sud espagnole. J’ai des milliers de kilomètres dans le corps en bas de l’équateur et des centaines kilomètres juste en haut également. Je n’ai juste pas encore passé dessus ce sacré équateur.  Items 1 de la “Bucket list”.

Cuba, une petite île de 1200 kms de long…trop facile. C’est presque moins loin que de déménagé Michel Coté au Nouveau-Brunswick en 24h.  M’a te faire ça les 2 doigts dans le nez.

Juste pour être sur, je vais lire un peu. Mmmm ouais. Soudainement un paquet de questions sont apparus dans ma tête. Voyons avec Fugère….mouias. Ma très haute estime de moi-même viens de prendre une débarque. Bien que Tobie veux dire en Hébreu “Dieu est bon”, il arrive parfois que je ne sois pas si bon que cela. Je m’en vais à quelque part et assurément je ne serez pas un de ceux qui sait comment ça marche. Je ne me rendrais pas la vie si facile que cela.

Je me disais qu’en restant dans le même pays je ne me ferais pas chier comme dans mes autres voyages où je devais calculer constamment le taux de change. Chaque pays se fout de la devise de l’autre et il faut jongler avec des 1$ pour 7 dans un pays, 1$ pour 4300 dans l’autre ou 1$ pour 700 pour un autre. Et le 1$ est US. Il faut donc faire un 1$ pour 1,15. Dès que je commençais à être habitué BANG! Je changeais de pays. Inconsciemment cela devait être le signe qui déclenchait ma volonté de me déplacer.

Ne v’la tu pas que mon Fugère me dit “En passant chef, il y a 2 devises a Cuba et il ne se gêne pas pour te mélanger. Il y a du 1 pour 1 et du 1 pour 27”. Tabarnac! Des chiffres rond quelqu’un?  Dire que c’est moi qui a fait le convertisseur de devise sur La Presse affaires

Le même Fugère me dit va voir tel gars il va t’expliquer comment ça marche.  Devise, bus, mains baladeuses, internet, anti-swing, électricité, ouragan. On est loin du Tim Horton et son système de café. Ya un paquet de Cubain qui vont l’avoir leur sourire fendu en me voyant….

Advertisements