Les trucs de gros

Chapitre 2 …

Quand tu es gros et grand, tu as des trucs de gros.  Le plus connu, réclamer les sièges de la sortie de secours. Il y a plus de place pour les jambes.  Tout content d’avoir réussis à en obtenir un, le voyage s’annonçait plus confortable. Mais, ce que je n’avais pas prévu c’est qu’il y ait d’autres gros dans sur le vol et  qu’ils savent également les trucs de gros. Ca convergent tous vers la fameuse sorti de secours.  Je suis bien assis dans mon banc près du hublot  quand un monstre arrive accompagné  d un autre monstre mais plus mini. On est dans la mardre. Le monstre s’assoie en premier  sur le banc de l allée. Il reste celui du milieu pour le mini. L’hôtesse demande au gars de s assoir. «Tu veux vraiment que je m insère entre les 2 » et moi de me dire « Pense tu vraiment que je te veux icitte. »  Le monstre du bout est tellement  gros qu’il doit demander une rallonge pour la ceinture. Je ne savais même pas que c’était possible.  Il est tellement grand qu’il doit baisser la tête dans l allée car il s assommerait sur les télés. Heureusement l’avion n’est pas plein.  Nous serons que 2 monstres pour trois bancs. Yeah relaxe.

A entendre les gens parler, je suis le seul qui n est pas allé a Cuba plus d une fois. L’avion est plein de ti-jos connaissant.  Cuba c est comme-ci, c est comme ca, blablabla….vos gueules. Le pire du groupe c est le mini monstre justement. Spécialiste de Cuba et spécialiste de l aviation.

Évidemment moi qui ne suis pas fan des décollages, l’avion fais 2 arrêts et La havane est le 2eme.  Premier arrêt.  L’avion se vide un peu et d autres personnes montent. Ca sent le Québécois à plein nez qui retournent a Mtl.  Le nombre de ti-jos connaissant double.  Ca m énerve vraiment. Trop de calisse et de tabarnac.  Le départ est retardé. Il y a quelqu ‘un qui a des problèmes aux douanes. 20 minutes plus tard on a le go. Sauf que le fameux gars pogner aux douanes n a jamais monté a bord. Un jos-connaissant de moins! Tu vas finir le reste de tes jours a Cuba mon homme.

Nous arrivons a La havane. Je me sauve de la horde des poutines.  Les indications ne sont pas trop claire pour se rendre aux douanes…je suis la horde des poutines. Ho! Pas si jos-connaissant que ca finalement! Après un trajet en serpentin nous arrivons aux douanes.

Je choisi une file d attente. Un homme avec un walkie talkie se dirige vers moi. Walkie talkie = Not good. Il me demande si je suis Latino. Non canadien. Je perçois un grand doute dans son visage, il me repose la question.  Veux-tu que je te lâche un calisse et un tabarnac pour  te convaincre. Il me demande des détails que je ne comprends pas trop. Mon espagnol tout croche a du le convaincre. Il s en va. Ya quelques choses qui me dit que le retour au Canada sera difficile. Tu vas finir le reste de tes jours a Cuba mon homme….

Advertisements