J’ai baissé ma garde

Chapitre 3…

Placé devant le carrousel, j’attends patiemment mon sac. Il y a ce québécois qui ne fait qu’être un jo-connaisant. Il met en application ses connaissances. Il s’est allumé une cigarette et encourage une fille a faire pareil. Il semble avoir fraternisé avec cette québécoise. Pourquoi personne ne fraternise avec moi? C’est ma face de tueur…Vous allez voir qu’elle est bien pratique en voyage. Vous me prenez pour un latino? Je suis plus québécois que toi man! 

La fille lui fait comprendre qu’elle préfère attendre, de pas trop pousser les règlements auxquelles nous ne savons pas trop la portée. Je me réconcilie avec ma race. 

Ouin qu’elle race au fait. Je suis quasiment un phénomène de cirque ici. Durant mes voyages dans les Amériques j’ai toujours penser que cela m’avantageait. Jamais eu de trouble coté vol, kidnaping ou abus sur ma personne.  

Premiere chose a faire..changer  des devises. Une dame avec un name tag m’aborde. 

– Besoin d’aide (le perdu). Taxi?
– Heu dhhendld dkoed dkido OOO

Ok je suis vraiment rouillé avec mon espagnol.  Je me reprends.

– Si…Pero cambio.

J’hésite pas a lui indiquer mon intention…elle a un name tag et on est a l’aéroport. Les walkie talkie je veux rien savoir mais les name tag j’ai confiance.

Il y a une longue file d’attente pour le cambio. Mais j’ai la chance d’avoir en avant de moi celle qui connais les trucs. Elle me dit « Quiero CUC « (lire couc). Ouais. Ses indications se résume à « Viens en haut, pas de file d’attente et je vais te trouver un taxi ». Je lui donne l’adresse de mon hôtel.  J’ai le forfait clé en main et le prix 25 CUC pour me rendre là est logique selon mes infos.  

– T’as l’air portoricain

Avoir l’air latino et être gros comme un américain ça donne un « Tu as l’air portoricain »

La dame monte avec  moi dans le taxi pour une raison obscur mais logique. Le chauffeur et la fille s’en donnent a coeur joie pour me questionner sur ma race. 

On commence a parler de sport. Fièrement il m’annonce que le Canada a gagné une médaille au jeux pan-américain. Euh….ils sont en cours? Tous le monde se fout de ces  jeux au Canada mais visiblement ce n’est pas le cas ici. 

J’arrive à mon hôtel.  Je n’ai  pas pris de chance. Afin de partir l’âme en paix j’ai réservés une chambre par internet. Je verrais après. Mes critères étaient, pas cher et avoir un site web. Ma chambre a finalement une télé, de la climatisation, plusieurs trou dans les murs et espérons..pas de puce de lit. 

Bien écraser sur la terrasse avec un Cuba Libre,  je deviens ami avec Lazarro un médecin. Son anglais est ordinaire et souvent dans la conversation je dis oui ou non en ne sachant pas du tout de quoi il parle.

Il m’invite chez lui. Ok C’est juste à coté. Je ne suis pas méfiant car Cuba est sécuritaire. On arrive chez lui, il me présente sa soeur et me donne du rhum pur. Le salon est grand comme un garde-robe. On écoute des vidéo clip latino et le gars connais toutes les paroles. Je regarde sa soeur et lui dit en le pointant « Loco »

Il me dit que je devrais louer un char et explorer la ville. Yeah rigth. Je suis pas comme mon ami Antoine. Jamais je ne vais conduire dans en Amériques latine. Traverser une rue est freakant…imagine conduire. 

Il insiste sur le sujet. Je comprends plus ou moins. S’il veux louer un char ça me dérange pas de payer mais je veux  pas mon nom nulle part et je ne conduis pas. Il ne cesse de me dire que ça va être le fun et qu’il va appeler ses amis de l’université. 

Il me gosse, c’est pas trop clair et finalement je me dis ok je vais aller voir c’est quoi son histoire de char. On part dans un taxi qui en pas l’air d’un. On arrive a un bureau de location. Hé c’est des chars de l’année. Je m’attendais a des Lada tout croche. Je veux rien savoir le grand. Surtout qu’il veux que j’utilise ma Visa. 

Il bougonne un peu. On reprend un taxi qui n’en a pas l’air d’un et retourne chez lui. Il me demande d’attendre et va faire un appelle à l’intérieur. On repars. Il me dit qu’on va chercher un de ses amis. OK boire du rhum chez lui et bourlinguer avec des universitaires cubain…j’achète. 

On roule qq minutes. Je ne sais plus trop où nous sommes. Il fait arrêter le taxi, sors et va chercher son ami qui est en fait une amie. MMM ok. On repars. On passe devant mon hôtel mais on ne s’arrête pas. Pourtant on est juste a coté de sa maison. 

Je ne sais plus trop ce qui se passe. Il commence a s’obstiner avec le gars du taxi. Je comprend  qu’il lui explique que j’ai choker pour le char et qu’il sait plus trop quoi fare. Il sort du taxi et le taxi se sauve avec la porte du passager ouverte. Je suis seul avec une fille dans un taxi en cavale. Le chauffeur me parle, je comprend a peine. 

Finalement ça sonne comme « où tu veux aller avec la fille » mmmm ok je commence a comprendre. Je lui dit a l’hôtel…Bon ok cela parait mal mais c’est le seul endroit que je connais a part la maison de Lazarro et Copellia un spot a crème glacé.

On se parle et personne ne comprends rien. 3 personnes dans un char et personne ne sait rien de rien. Visiblement ma demande d’aller a l’hôtel n’est pas compris. Je lui dis ramène moi chez Lazarro..c’est a coté. Je sais même pas si le gars sait qui est Lazarro. Après 5 minutes de non discussion on repars. 

Mon sens de l’orientation me dit que l’on doit aller en sens contraire de où nous allons…Fait noir, on est en route vers le nord mais faut aller vers le sud et l’autre fille futur avocate pseudo je ne sais trop ne dis pas un mot…

Advertisements