Les mains et les sons des cubains

Chapitre 12 …
Les cubains utilisent leurs bouches et leurs mains différemment de nous
Méninge: Quoi tu veux un « balabalaba »

J’ai oublié de dire que dans les rues de La Havane ça siffle. Ça siffle pour te dire de te tasser, ça siffle des mélodies, ça siffle sûrement pour dire aux autres “Attention voici le gars sans cellulaire.” Ils sifflent  sans les doigts et ça sonne fort.

L’autre bruit qu’ils font c’est un genre de « ssshhhhh ». Ils font cela quand il veulent attirer ton attention. Les sifflements et les « sssshhhh! » tu les entends partout, toujours, tout le temps. J’aimerais avoir un « sshhhhh » aussi fort quand je veux signifier a quelqu’un au ciné de fermer sa gueule.

Je ne sais pas si le film « The Matrix »  à joué à Cuba. Assurément. Les cubains ont dû par contre rater le  sens d’une scène. Celle où Morpheus défi Neo à retourner se battre durant l’entraînement de kung fu. Le geste de la main qu’il lui fait est un classique maintenant (à 57 secondes dans le video).

Ce que j’ai remarqué ici c’est que les Cubain n’ont pas le même geste pour nous dire viens ici. Les doigts sont vers le bas au lieu de vers le haut et le pognet est cassé. Pour démontrer que quelqu’un est moumoune ou efféminé c’est ce signe que l’on fait ici au Québec. Lazaro me l’a fait quelques fois et ça m’a pris du temps à comprendre. On s’entend que si la fameuse scène de The Matrix version cubaine existait, la défiance serait pas mal moins convaincante. Morpheus qui fait le poignet cassé…

Il y a aussi les questions des cubains. En fait LA question des cubains. Pourquoi? Le nombre de fois que je me suis fait dire « Pourquoi? »

– Tu es aller a tel place?
– Non
– Pourquoi?

Parce que. Parce que actuellement ce n’est pas a l’horaire. Parce que je verrais plus tard. Parce que je ne suis pas pressé. C’est quoi ce pourquoi qu’on me sert toujours.  J’essaie de leur dire qu’il n’y a  pas de presse mais j’ai comme l’impression qu’ils ne comprennent pas. Je suis nord-américain, c’est moi qui est supposé être stressé pas vous. Le cubains me sorte la conclusion suivante:

– Tu n’aimes pas ça

Si je suis pas aller a Trinidad c’est que j’aime pas ca. Si je ne suis pas avec une fille c’est que je n’aime pas ca, etc.

Non! C’est pas que j’aime pas ça  je prend mon temps. Je décide au jour le jour…et je ne suis pas gai! « No problem »

Prendre mon temps n’est plus ma réalité. Mon départ est imminent. Je dois me mettre en mode touriste. Le vrai touriste. Exemple allé dans la vielle Havane pour vrai. Pas juste faire du repérage comme j’ai fait depuis le début. Ça doit faire comme 10 fois que j’y vais mais j’arpente les rues comme un montréalais qui va dans le vieux mtl. Il ne regarde pas vraiment les édifices et autre patentes qui intéresse les touristes. Il fait ça petite affaire.

Toutes le choses qui m’ont fait décidé de partir plus tôt sont disparue. Comme elles sont disparu et bien…je me dit que j’aurais dû garder la même date de retour.  Enteka. C’est fait. On avance.

J’ai louer un coffre au Colina pour mettre mes choses « précieuses ». J’y met des cartes, du cash et mon passeport. Depuis que je suis arrivé je mets mes choses dans des coffres et je me suis toujours demandé ce qui arrivait si je perdais la clé. Je pose la question. Réponse:

– Tu perds la clé tu perds le stock

Quoi? Mon passeport est là-dedans. Je perd la clé, je perd le passeport.  Aussi bien de traîner le passeport. Plus dur à perdre qu’une clé. Se faire voler son sac avec la clé ou avec le passeport c’est du pareil au même.

Ça peut arrivé que quelqu’un essai de te voler ton sac. Oui oui ça se peux!

Je me concocte quelques stratégies. Aussi bien de cacher la clé dans la chambre que de la traîner avec soit. S’il y a un vol dans la chambre, une clé c’est dur a trouver. Mes autres choses vont servir de diversions. J’en profite aussi pour cacher un 40$. C’est mon argent de taxi vers l’aéroport. Au cas où je me fais laver.

Des cachettes, des backup, des pièges. Je suis prêt.  Oh toi voleur! Je te pointe et je te fais le poignet cassé.

Advertisements