Ce con de Murphy

Je voyais une version allégée de ce qui m’était arrivé en 2007. Cette fois où j’ai perdu mon portefeuille à mon dernier matin a Mtl, 16h avant de partir pour plus d’un mois en Amérique centrale.  Encore ce salopard de Murphy et sa loi à la con.

Bien sur qu’il fallait qu’a la dernière journée avant les vacances,  qu’à la dernière occasion que je pose ce geste quotidiennement, à cet endroit précis, bien sur qu’il fallait que quelque chose de merdique arrive. Un grain dans l’engrenage. Un chien de ma chienne orchestré par Murphy.

Depuis 1 an. Je fais attention. Je les ai vu l’an passé les ratoureux. Bien installé, prêt à dégainé leur crayon.  Mais en fin renard je veillais au grain.  J’étais docile. On ne montre pas au singe à faire des grimaces. Je les ai appris par moi même au grand dam de ma mère et de ma grand-mère qui me disaient « Fais pas cela tu vas rester de même »….J’aurais tellement été plus beau si je les avais écouté.

Jamais mon bus pour le travail reste sur l’arrêt a attendre. Jamais. Il embarque les gens et « décalisse ».  Tu arrives 5 secondes trop tard et pouf! Tu marches ou tu attends 20 a 30 minutes le prochain. Donc quand tu sors du métro et que tu le vois à l’arrêt, tu cours!

Stupidement la STM a placé l’arrêt l’autre bord de la rue de la station de métro. Ce qui incite les gens à traverser sur le feu rouge s’il veulent attrapé le bus à la dernière minute. Intelligemment le SPVM ce place 1 fois par année (selon mes statistiques) de ce coté de la rue pour donner des contraventions aux gens.  Je les ai vu l’an passé avec leur calepin bien en main. Depuis ce temps je porte bien attention..

Dernière  journée de travail avant les vacances, dernière fois que mon cadran sonne et avant-dernière fois que je sors de la maison si tôt. Heure de gars célibataire sans enfant et sans cheveux à laver ce qui n’est pas si tôt que cela.

Avant-dernière fois parce que j’ai oublier mon portefeuille ce qui arrive rarement.  Je rebrousse chemin et perd 3 minutes. 3 minutes en transport en commun peuvent facilement se transformer en 9 minutes et même 39 minutes si tu joue avec le feu en étant trop serré dans le temps.  Effet domino. Dernière fois que je me dirige vers le nord de la ville,  dernière fois que je sors à la station du Collège.

Mes 3 minutes de perdu en quittant le Sud-Ouest fait son oeuvre. Elles me le remettent dans la face : « Ça t’apprendra à être lunatique ». Encore dans la station, je vois le bus sur l’arrêt. Normalement il « décalisse » sans attendre rien. J’ai une présentation à faire moi, je ne peux me permettre trop de retard.

J’embraye en 5eme vitesse. Tel un karatéka qui espère faire valider son point et qui cherche du regard les 3 drapeaux rouges des juges,  je cherche s’il a y des voitures qui s’apprête à s’engager dans l’intersection. Nord? Clear. Sud? Clear. Est? Clear, Ouest? Clear. Feux? Rouge.

Tant pis, tout est beau. Rapidement je fais un pas dans la rue. Je pense soudainement aux agents du SPVM. 2eme pas tout en jetant un coup d’œil pour des gens du SPVM…..Tabarnac! Moi et l’agent on fait un contact visuel. Je freine avant mon troisième pas et je tombe en marche arrière. 1, 2 hop sur le trottoir.

Je suis debout sur le trottoir. Je ne peux pas croire que LA fois où je dois me dépêcher, ils sont là. Le policier me crie. « Il est trop tard ». Ta gueule. J’ai fais juste deux pas.

Je suis là à analyser la situation. Je vais raté le  bus,  payer un ticket, arrivé serré pour ma présentation.  Pendant ce temps l’agent interpelle son collègue en me pointant. Je l’entends dire « lui là! ». Tout fière de son coup. Bébé lala. Il continu son manège toujours avec son doigt accusateur et son menton pointeur. « Lui là, lui là ». Son collègue semble moins intéressé par moi. Contrairement à son collègue, il ne sautille pas comme une fillette.

La feu est encore rouge et là il me viens une idée. Je rebrousse chemin, retourne dans le métro et disparais dans la foule. Ils ne me suivront pas et au pire je fais le niaiseux. Mmmmm, pas sûr que c’est une bonne idée.

Le feu tourne au blanc c’est à dire au petit bonhomme qui marche. Je me dis que je vais leur faire face est plaider mes 2 pas SEULEMENT dans la rue. Je suis sur le point d’aller les voir directement quand je remarque qu’ils ne sont pas trop focus sur moi. Je décide de rentrer dans le bus et me faire discret. Ils viendront me chercher. Ouais le bus est bizarrement encore là ce qui est inhabituelle. En fait c’est une première. Comme s’il faisait parti du complot pour me prendre.

J’entre dans le bus. Le chauffeur me dit « Ha, ha, ha tu es chanceux ».  Gna, gna, gna….Envoye décalisse!

 

 

 

 

 

 

Advertisements