Le chorégraphe

La dernière fois que j’ai pris l’avion c’était à pâques et je me dirigeais vers Las Vegas avec quelques  valdoriens. Comme je suis du style couche tard, j’anticipe toujours le départ. Pas personne pour me sacrer un coup de coude et me dire… »heille tu vas raté l’avion ».  Toujours pris à te lever à 4h du matin pour prendre ton vol.

Lors de mon départ vers Vegas, la séquence de la lévée du lit  jusqu’à la traversée des douanes fut une longue suite d’erreurs. Chaque décisions, chaque actions que je faisais étaient mauvaises. Cadran mal programmé, orientation tout croche dans l’aérogare, courrir un stylo pendant 20 minutes, coupé une file d’attente au mauvais moment, prendre la mauvaise file d’attente. Un vrai bordel. Tellement tout croche que malgré mon 3h d’avance, je suis arrivé à ma porte d’embarquement avec seulement 10 minutes d’avance.

J’étais décidé à ne pas revivre une séquence digne du pire amateur. J’allais bâtir la plus belle chorégraphie de départ jamais réalisé. Un sans faute. Rien de moins. Des « spacings » parfait, des fouettés de feu et une synchro digne d’une horlorge nucléaire.

Ma préparation est du tonnerre. Valise faites, vêtement du départ bien placé sur le bureau. Bouffe à chat prête.  J’ai même mis de la pâte a dent sur ma brosse a dent afin que je n’ai pas a sortir ma trousse de voyage de la valise. La seule chose que je ne pouvais contrôlé est le sommeil/réveil. Je vise 5h15 de sommeil. Mais ce n’est pas parce que tu veux te coucher à minuit que tu dors à minuit.

Je me couche à minuit. On voit que je suis discipliné. Depuis quand je me couche  a l’heure que je dis?  Preuve que je suis focus sur ma chorégraphie.

Étendu sur le dos je realise rapidement qu’il y a plein de choses bizarre qui se passe. On est dans le weird, le vraiment weird. « Oh mais attends. ».  Je sors de mon état. Oh yeah! C’est le signe que je suis sur le point de m’endormir.  Je rêve éveillé.  Allez, on retourne voir Morphée. Je n’ai pas de temps à perdre.

Je me retrouve soudainement dans  une grande discussion obscure et insensé. « Voyons donc c’est quoi cette connerie »…GNAAAAN! GNAAAAN! GNAAAAN! J’ouvre le yeux, me retourne vers le cadran. 5h15. Someille parfait. Le cadran sonne au même moment où dans mon rêve je commençais à réaliser que j’étais en train de rêver. Les GNAAAAN signifient le début de la chorégraphie. Trois GNAAAAN seulement. Je suis sur le beat. Awsome.

Je me lève du bon pied et me dirige vers la douche. Temps pour avoir l’eau à la température voulu…15 secondes. La perfection. Je sors de la douche. Ma brosse à dent « pré-pâte-à-denté » n’est pas tombé sur le côté durant la nuit. Wonderful. Je retourne dans la chambre et retrouve mes vêtements préparés la veille. Bobette, bas, tshirt, chemise, short. Tout est là. Marvelous.

Je m’habille, m’assure que l’alarme est a off, ramasse mes valises, flatte le chat et quitte l’appartement. Direction autobus 747 qui même à l’aéroport. Comment tu peux ne pas aimer la 747.  Rapide, pas cher, pas besoin de quêter de ride à personne. Le bus est là à temps. Trop plein. Un autre arrive 1 minute plus tard. Amazing. J’arrive exactement 3hrs avant mon départ. Sweet.

Me voilà à la deuxième partie de ma chorégraphie. Je m’etais assuré d’être près de la porte du bus pour ne pas avoir à attendre après les gens qui niaise avec leur bagages a la sortie du bus. J’entre dans l’aéorgare. Vers la gauche ou la droite? La gaauuuuuche! Exquis. Je m’enregistre, on me donne le papier de douane américaine…un crayon? J’en ai un dans mon sac. Magnifique. J’arrive à la sécurité. Je passe sous le détecteur…silencieux. Sublime!

Depuis que j’ai réservé ma chambre, je suis incapable de me souvenir du nom de l’hôtel. Il ne me rentre pas dans la tête. Je dois toujours retourner voir le courriel de confirmation pour savoir le nom. J’ai dû faire l’action 6 fois depuis que j’ai booker la chambre. Conscient de cela, la veille avant de partir j’ai écris le nom dans Evernote une app qui permet de prendre de notes. Ceci est l’erreur potentiel que je peux avoir. Bégayer sur mon lieux de résidence et devoir lire le nom sur mon cellulaire.

Je suis face au douanier. Amène les tes questions. Aller demande moi si j’ai du cash. Demande moi mon emploi.

– Vous allez où?
– Nouvelle Orleans
– Vous revenez quand?
– Lundi
– Vous rester où?

Ha! Tu crois que tu va scapper ma chorégraphie parfaite Mr. Le douanier. Pas question de briser ce parcours parfait d’une beauté innoubliable. Je sers le poing, humecte mes lèvre et je lui sert….

– Hotel Pavillon

Sensationel!

Advertisements