Décadence et chaos ou vice versa.

Sans le savoir, mon voyage est tombé en même temps que la course des robes rouges. Un course ou les gars comme les filles s’habillent d’une robe rouge et courent pour ensuite faire la fête….ou vice versa.

En ce qui me concerne, j’avais décidé de photographier le plus de musiciens possible. Attaquer Bourdon Street avec mon appareil. Plus de photos et moins d’alcool pu vice versa. Mais avant tout il faut manger et je dois me reprendre pour le Hard Rock Café que j’ai laissé tomber la veille. Pas trop conscient de l’ampleur de cette histoire de robe rouge,  je m’engage sur Bourbon.

Je m’installe au bar du Hard Rock Café pour manger.  Le barman ne cesse de remplir mon verre de Pepsi. Je dois le supplier d’arrêter. Deux filles arrivent au bar et s’assoient à coté moi. Ma voisine immédiate engage la conversation. Je comprends à peine ce qu’elle me dit et cette fois ce n’est pas moi qui entends de faux « fd ecve ecve fefe fbgth fedef ». Elle en produit des vrais. Tellement saoule. Elle est habillée en rouge et a donc fait la course. Elle se colle sur moi, me prend par le bras, ce couche la tête sur mon épaule. Le barman me regarde…..Meh! Je mange mon repas et j’essais de comprendre de quoi elle parle.

– heille niaise pas. Tu le sais
– Quoi?
– Fais pas l’innocent tu sais ce que je veux
– De quessé
– Heille, heille, arrête

What the fuck is going on?  Ça dure comme ça pendant cinq minutes jusqu’à ce que je réalise qu’elle veut gouter à mon repas. Mmmmm ouais….Ok. Une bouchée pour elle, repas over pour moi. Dédaigneux le gars. Quelques minutes plus tard la chicane commence entre elle et le barman à savoir qui va payer son drink et celui de son amie disparue dans la nature. Le barman fait même appel au policier assigné au restaurant.

Je vais à la salle de bain et j’entends un gars vomir sa vie sous l’encouragement de son chum. Il n’est pas encore 21h. Je sors dans la rue. Il y a bien plus de gens que la veille. Des gens partout.

Des filles en robes rouges, des gars en robe rouge, des perruques rouge, des masques. Les gens sont vraiment dédiés à ce truc de robe rouge.

En plus du rouge, je suis témoin des résultats d’une beuverie collective. Des filles incapables de se tenir debout. Des gars inconscients et laissé è eux même par terre. Les balcons des hôtels sont pleins. Ils interpellent les gens sur la rue. Les gens lance des colliers aux passants. C’est un mini mardi-gras. Naïvement je croyais qu’il n’y avait que le mardi gras qui était comme ça.

Comme quoi? Bah, Je vois:
– Des dames qui montrent leurs seins en échange de colliers.
– Des maris qui lèvent la jupe de leurs femmes pour des colliers lancés par les gens du balcon.
– Des filles qui font du twerking dans un resto en attendant leur pizza ou leur daiquiri.
– Des princesses sur le point de ce marié.
– Des hommes au corps sculpté qui danse bien en vu pour attiré la clientèle féminine.
– De gens qui se font arrêté dans des policiers à cheval.

La rue déborde de verre de plastique vide laissé par les fêtards. De plus, Les commençant se disent que c’est une bonne idée de sortir les vidanges….un samedi, avec la rue pleine….Allo?

C’est la décadence totale. Les policiers en bas me tapent sur le nerf? Pas grave. Je leur lance des bouteilles par la tête du haut du balcon que j’occupe. Bonne chance pour trouver les coupables. Tout le monde faisaient les innocents. Le film lendemain veille est rien à coté de cela. En fait je me demande pourquoi l’histoire du film ne s’est pas passer à la Nouvelle-Orléans.

J’essaie de me faire un chemin parmi tout ce chaos et de prendre en photo des musiciens. Un chien dans un jeu de quilles. Je décide de photographier également des gens en rouge. Quand je vois un groupe je leur demande. Je me faufile dans un bar….click. J’entre dans un autre, click. Résultats mitigés. Trop de monde. Je cherche les groupes de robes rouges. Je ne fais pas autant de photos que je veux et je ne fais pas parti de la fête.

Cerveau : Wow bonne décision. Tu avais une touche avec la fille du HRC
Eltobito : Ah ta gueule!
Cerveau : Hé check la fille là-bas a demis nues
Eltobito : Celle qui vomi par terre?
Cerveau : pas grave….envoye let’s go!

Concentré sur ma recherche de truc a photographier, je me fais arrêté par un couple.

– Est-ce que tu peux montrer tes dents?
– quoi?
– Souris c’est la fête. On est chill.

Oui en effet j’avais ma face de concentré alias face de selfie alias face de tueur. Je suis trop obsédé par mes photos. Je jase un peu avec le couple. Ces deux là sont installé à une intersection et vivent le moment. Il s’amusent, regardent les gens défilé et s’assure que le monde sourit. Le chaos? De quoi tu parles.

Le gars me laisse son courriel pour que je lui envois une photo de moi et sa blonde. Sa blonde trouve sa demande trop contraignante. « Sois chill chérie ». Ouais sois chill. Ça vomi partout, ça perd conscience, tu reçois des colliers et des bouteilles par la tête mais c’est pas grave….sois chill!

Advertisements