Séparés mais égaux

Depuis NOLA j’ai le désire d’aller visiter un musée parlant de l’histoire des noirs. Mais trop branleux, j’ai raté mon coup à NOLA et à Memphis…Maudit Hooters!

C’est ma dernière journée à Memphis et l’heure des musées est passée. Il ne reste que le blues et la bouffe. Beale Street est dense mais pas très longue. Je me suis promené de long en large de la rue tout en faisant des arrêts sur les terrasses pour écouter du blues. Je vais également dans les boutiques même si je les avais vu la veille. Et très important, je retourne boire un flotteur. J’en aurais pris deux!

Je fais un arrêt au parc qui donne sur la rue. Il y a un imitateur d’Elvis. C’est une promotion pour le film « The Identical ». Je m’installe dans les minis estrades. C’est le deuxième Elvis que je vois. Il plait à la foule. Particulièrement quand il bouge comme le King. Le faux Elvis laisse ça place à d’autres artistes. Il y a quelque chose que je perçois. Il y a une contamination. C’est la semaine Elvis et par conséquent la foule est trop Elvis. Ils ne sont pas là pour la musique, ils sont là pour du Elvis. Le reste semblent inintéressant pour eux. En plus l’âge des gens est assez élevé. La fébrilité de la foule que j’ai vu à NOLA est absente à Memphis. Tsé gang il y une vie après Elvis. J’aurais aimé voir Memphis sans semaine de Elvis ou durant le week-end.

Même si j’ai parcouru Beale Street 7-8 fois je me retrouve devant une galerie que je n’avais pas remarqué. Ils semblent exposés des photos. L’entrée est gratuite et il est possible d’acheter une copie des photos exposées. Les photos sont de Ernest Withers. Photographe qui, entre autre, a suivit Martin Luther King lors d’évènements. Il a mis en image différents épisodes de racisme ayant eu lieu dans les états du sud. C’était peut-être aussi un espion pour le FBI mais ça c’est une autre histoire.

Les nombreuses photos me plongent dans une époque qui parait impossible de nos jours. Des enfants qui essaient d’aller à l’école mixte, des cadavres de gens lynché par des membres du KKK, l’histoire de Rosa Park, la Memphis Sanitation Strike. Les photos sont regroupées par thème. On y apprend l’existence de la doctrine « Separate but equal ». Comment les blancs s‘étaient empressé de bâtir des « écoles » pour les noirs afin de s’assurer qu’ils ne soient pas obligé des les accueillir dans leurs écoles blanches. Bien sûr il y a les photos des événements entourant la mort de Martin Luther King. La mare de sang, les funérailles, etc.

Je quitte la galerie un peu troublé. Les brothers ne l’ont pas eu facile. Je remonte Beale Street. La rue est envahie de moto. Je me dirige vers le Blues Café pour mon dernier repas dans le sud. Je n’ai pas fait un voyage gourmand. La bouffe ne me fait pas vraiment vibrer et quand j’ai personne pour me pousser dans le cul. . .

La blonde serveuse du Blues Café m’accueille avec un « Hi Baby ». Apres le « bro » et le « cap » voici le « baby ». Je serais son « baby » a quelques reprises durant le repas. Elle me conseille un steak géant. Je le dévore et décide d’aller voir ce Black Elvis qui performe dans la salle d’à coté. C’est ridicule un peu mais d’un autre coté si Elvis peu chanté de la musique de black pourquoi un black ne peut-il pas chanter du Elvis. C’est peut-être le markéting racial qui rend la chose ridicule. Black Elvis…Visiblement les gens du sud acceptent maintenant des noirs en Elvis. Ils ont fait du chemin de ce coté. Moi il ne m’a pas vibrer ce Black Elvis. À quand un white Gregory Charles au Québec?

Le lendemain matin je me rends à l’aéroport pour 5h30. C’est la fin du voyage. Pour éviter qu’il soit écrasé dans mes bagages, je porte mon fedora fièrement. Oui je vais faire subir aux Montréalais mon fedora dès mon arrivé! Et que je ne vois pas de faces de 《WTF??》

Encore les yeux collés, j’attends mon vol à ma porte d’embarquement. Je suis un des premiers arrivé avec 2 autres personnes. Un écran diffuse CNN avec le son. Des émeutes raciales ont éclaté durant la nuit dans l’état voisin.

Advertisements