Régler le cas de la Saskatchewan

Source : http://www.travelwithchris.ca/

Signe que je suis « passif » ces derniers temps, un pattern que je croyais disparu à jamais a refait surface. Ce pattern qui me donne une relation amour-haine avec les vacances. Ce niaisage, cassage de tête, jonglage, « insécuritage » est revenu me hanter. Je l’avais pourtant frappé solide dans les parties l’an dernier. J’avais mis fin à toutes ses années d’indécision. Je m’étais dit une série de « de la marde » pour enfin sacré mon camp vers la Nouvelle-Orléans. J’avais ajouté un autre « de la marde » pour poursuivre à Memphis. 200$ de pénalité? De la marde.

De la marde les finances, de la marde mes règles secrètes, de la marde l’analyse, de la marde tout. Faisait trop longtemps que j’abandonnais, par écoeurement de tout analyser mes options. Je finissais avec un « «de la marde » généralisé et poche en me disant « Je reste ici et j’irais à la plage urbaine »

Le pattern détruit (je croyais), les finances correcte et l’éligibilité du « congé extraordinaire » de la job acquise, je me dis, « Héhé ca va être facile »…Ta-bar-nac.

Je voulais choisir parmi mes quelques « j’aimerais aller là » acquis au cours des dernières années. Le « fun » à commencer là. J’essaie d’organiser et me voilà avec plein de contrainte tel que : trop de préparation, trop d’avion, trop de dengue, trop de réservation d’avance.

Fuck les « j’aimerais aller là » de ma liste mnémonique vieille de 10 ans. Je sors le plan B. Ouais ca fait quelques années que je fais du plan B. Il est vidé. Plan C! Ouias je n’ai pas de destinations dans mon Plan C. Elles étaient toutes dans le Plan B.

Autre stratégie, trouver un but à ces vacances de merde. La destination apparaitra une fois le thème trouvé. Ha voilà! Le dépaysement et le chaos. Où est-ce que je peux avoir du dépaysement en Amérique du Nord et que je n’ai pas vu encore? Voilà! L’Alaska. Considérant que le chaos arrive la nuit, se retrouver dans un endroit où il fait clair environ 20h par jour, je risque d’être déçu. Pas grave, j’ai mon dépaysement. Je commence l’analyse et je réalise que le cout de l’hébergement est salé. Je ne pourrai pas rester trop longtemps. Ca ne marche pas. Je veux du dépaysement, du chaos et du temps.

C’est là qu’un « j’aimerais aller là » apparait dans ma tête. Un petit nouveau qui fait surface juste comme ça. Il me fournit mon dépaysement, mon chaos et potentiellement s’insère bien dans l’application d’une de mes règles secrète.

Ho, un souvenir qui revient. J’ai un compte à régler. Une vieille dette que je traine depuis les années 90. J’ai une dette envers la Saskatchewan. Je vais lui régler son cas « dre là ».

Comment ai-je pu avoir une dette avec la Saskatchewan. En la traversant sans m’arrêter. J’ai écouté mon oncle camionneur de Winnipeg. Son « Quand je passe là, afin de passer le temps, je m’amène un livre pour le lire en conduisant. » m’a influencer. J’ai traversé le Canada au complet mais je n’ai pas posé pied en Saskatchewan. Je le regrette depuis. J’ai été prit en autostop au Manitoba et j’ai débarqué en Alberta. A part peut-être 1 ou 2 arrêt dans un Husky’s. D’ailleurs j’ai acheté des actions de Husky’s dernièrement en ayant ce voyage d’autostop en tête. Ça c’est du critère solide pour investir. Warren Buffet serait fier de moi.

Voilà! Je vais partir de Régina. Les idées déboulent. Ça se dessine.  J’ai même un nom pour mon concept. Je l’appelle « Un Mexique, un film, une brosse ». Le brouillon est là. Je recommence à jongler. J’arrive là, je vais là…mmmm non! OK ça et ça…mmmm non. Bon peut-être que si je fais comme ça…non, non, non. Trop de mouvements, pas assez de sédentarité. Je cherche à éviter ce que j’ai fait à la Saskatchewan. Éviter de ne faire que passer.

Je me remets sur la planche à dessin. Google map se fait aller. Je calcul en heure. J’ai les cartes des trains, les prix de location de voitures, les Greyhound. Déjà que mon projet « Un Mexique, un film, une brosse » déroge à une de mes lois secrètes, je dois prendre une grosse décision. Voir la réalité en face. Une décision qui règle que partiellement les problèmes de structure du projet « Un Mexique, un film, une brosse ». Ce qui devait arriver arriva, je dois encore une fois abandonner la Saskatchewan…

Advertisements