Tabarnac

Je suis en route vers Gilette. Ma présence au Dakota du Sud fut de courte durée mais j’ai cotoyé les Collines Noires….les vrais pas l’album de Lucky Luke du même nom.

– Hey WI c’est quoi ça? Des arbres, des avertissements de la présence de chevreuils, c’est pas toi ça.

– Au contraire c’est tout moi. J’ai plusieurs cordes à mon arc. 

– Tu te donnes des airs de Parc Laverendry.

– Ha!  Ce La Vérendry. Qu’elle bout en train il était.

– L’homme? Quoi tu l’a connu?

– C’était un explorateur, il est venu faire sont tour.

– Décidément WI tu es plein de surprise. Tu as quoi au menu pour moi ce soir. J’ai ma journée dans le corps

– Comme tu as vu un petit peu de forêt, du beau soleil et des plaines.

– Ça semble bon…mais pour le soleil, attribue toi pas trop de mérite. C’est mère nature qui controle la chose. D’ailleurs sans ce beau soleil pas sur que j’aurais autant apprécié tes atouts.

– Ha oui et depuis ton départ tu avais les montagnes sur les cotés ou dans le dos. Là tu vas les avoirs dans la face.

J’arrive à Gilette. Je suis plus en forme que la veille. J’avais du prendre un peu de repos à Cheyenne car je sentais la fatigue m’envahir. De plus je n’ai pas niaisé pour arrivé à l’hotel….pas trop. Je suis donc moins marbout.

Depuis que je suis parti je me leve tôt ce qui n’est pas volontaire. Le 2h de décalage en est peut-être la cause. Cela à l’avantage que je profite du déjeuner gratuit inclus avec les chambres.

Mon itinéraire du lendemain m’envois directement à Yellowstone. Encore beaucoup  de milage à faire et je commence à comprendre pourquoi je passe beaucoup plus de temps en voiture que prévue. Les limites de vitesse sont à 130 ou 120. Habitué a faire du 90 / 100, je ne suis par très souvent à la limite permise. Être constamment à 120 / 130 ce n’est pas facile quand tu parcours une route pour la première fois. Mais Google lui s’imagine que quelqu’un qui vient d’une région où le 100 est de mise fera aisément la transition à du 130. Moi j’y vais selon mon confort. Parfois je suis à 100 car physiquement cette vitese me convient. Mais c’est lent en crime 100 vs du 130.

Je pars. Ce n’est pas trop long que WI me force à arrêter. J’ai de grosses montagnes droit devant. Ce que j’ai eu dans le dos la veille m’est maintenant visible. De photos sont de misent. Suis pas sûre que j’ai ce qu’il faut pour faire de belles photos. J’ai peur d’être déçu du résultat. Je le saurais à la maison. Pas grave les images sont imprégné dans ma mémoire.

– Hey WI tu vas me faire arrêter souvent comme ça? J’ai un chalet qui m’attend à Yellowstone.

– C’est toi le master du trajet…Pas ma faute moi.

Je poursuis la route. J’arrive à un village. J’arrête pour y mettre de l’essence. Essence qui coute rien ici et mon auto ne consomme pas. 16$ pour un reservoir plein a la moitié. Si le taux de change n’était pas si mauvais.

Ayant toujours accès à l’horizon je vois une colonne de fumé dans les montagnes.

– Hé WI! C’est de la vapeur de geyser là-bas?

– Hein de quoi tu parles?

– Euh non j’ai rien dit.

Je vois des locaux assis et qui regarde la fumée. J’arrête près d’eux pour prendre des photos. Les gens sont là avec des jumelles. Tout semble sous contrôle. Soudain je vois de grosse flammes au travers la fumée.

– WYYYYYYYYYYY Tu brules.  Nooooooonnnn!

– Du calme. Il n’y a rien là. Vois tu des gens en panique? Continue ton chemin.

Effectivement les gens semble très calme. On regarde le feu, il ne semble pas y avoir d’avion citerne….Business as usual. Même pour un abitibien comme moi j’ai jamais vu de feu de forêt. Il y en a souvent mais de là à les voir c’est rare. On sait qu’il y en a un a quelques part mais sans plus. De voir les flammes comme ça est une première.

– Faque WY je continu là tout droit?

– Oui, oui

– Mais le feu

– Heille lache moi avec le feu…Envoye avance.

Je réalise que la route passe litéralement dans les montagnes. Ça monte, et monte et monte. Je regarde à gauche

– Tabarnac! Quel vu!

– Check l’autre bord

– Tabarnac!

La route est serré et sinueuse. Moins que la veille mais là on ajoute l’aspect hauteur. À mont Rushmore on montait un peu mais comme l’horizon était bloqué par les arbres ça ne changeais rien.

Ici c’est une autre histoire. Tu le physiquement que tu montes et ce n’est pas une montée progressive. C’est de même!

Moi qui ne suis pas à l’aise dans les hauteurs, je sens le vertige se pointer. On est haut. Je n’ose pas trop tourner la tête.

– Je commence à te connaître WI. Si je regarde à droite tu vas me mettre une vue aussi sublime que vertigineuse.

– Nenon

Je tourne la tete…

– Tabarnac!

Je lâche plein de tabarnac à voix haute depuis 10 minutes. Je réalise que je suis maintenant derrière le feu. Il est loin ou près ce feu? Je ne sais plus, je comprends rien.  Je suis un peu perdu  dans mon trajet. Je n’ais  pas passé Cody encore. Ce n’est donc pas le début du parc.

– C’est quoi cet région?

– Un petit bonus de ma part. Check après la courbe

– Tabarnac!

J’arrête la voiture. Tellement moumoune côté  hauteur que j’ai le pas hésitant pour prendre des photos. Je repars. La descente s’amorce. Encore quelques lancement de tanarnac ici et là.

Je retrouve la terre ferme. J’arrive a Cody 1 heure plus tard. C’était du grand WY. J’en profite pour arrêter manger dans un fast food et squatter le WIFI. J’apprends 2 choses. Je viens de passer dans les Bighorn Montain et je suis encore à près de 3h de ma destination finale. Je me croyais à 1h. Ça me décourage un peu. Ça fait longtemps que je roule.

Je suis sur la rue principale de Cody. Plein d’hôtel et une affiche  » Rodéo ce soir 20h »

– WY?

– Quoi?

– Fuck le chalet. Je couche ici ce soir et je vais au rodéo.

Advertisements