Faire les 100 pas

Me voilà bien arrivé en Océanie (peux pas croire). Je viens de passer une nuit par dessus les couvertes et je suis debout à 7h du matin. Plus matinale que lorsque je travaille. Mon plan pour Honululu? Pas de plage. Je suis en ville. Priorisons le coté urbain. Maui et l’Ile de Hawai (Big Island) sauront parfaitement me faire apprécier la plage plus tard et j’ai quelques jours supplémentaires à la fin de mon séjour  à Honululu. Si je me lance sur la plage j’ai comme l’impression que cela serait l’équivalant de savoir qui est la taupe dans 19-2 dès la saison 1.

Je me cherche un endroit pour déjeuner. Y’a pas à dire, je suis bien situé. 50 pas à gauche y’a un resto 24h trop populaire. Le file me rebute. Faire la file c’est contre ma religion. la faire à 8h…je me fais hara kiri. 50 pas à droite il y a un ABC Store. C’est un genre de magasin genérale. Un couche-tard « ++ » qui est très judicieux dans son offre de produits. De la bouffe, des vêtements, des souvenirs et bien-sûr  des vêtements souvenir. Sans oublier des trucs de plage. Il sera très utile mais pour le moment je cherche un resto. Je devrais donc faire plus que 50 pas pour éviter la file.  J’arrive au 100ème pas,  il y a un resto quasiment vide. Cela  me fait douter qu’ils servent des petit-déjeuners. Je demande aux hôtesses et elles me répondent que oui je peux avoir 2 oeufs, bacon, patates. Quand je pense aux caves qui sont dans la ligne d’attente….

Après ce premier repas, j’explore les environs. Le gazon est l’équivalent d’un green de golf et c’est plus clean que dans mon appart. Des boutiques Chanel, Louis Vuitton, Hermes se côtoient. Des cours de Lula sont donné à l’extéreur. Dommage que je ne suis pas encore prèt pour la danse hawaïenne. 

Moi qui planifie acheter de nouvelles chaussures, il est clair que si je magasine cela dans un rayons de 300 pas je vais me ruiner. Je retourne donc à ma chambre baver sur l’oreiller et établir une stratégie de magasinage. Conclusion: Débarasse toi donc de cette corvée maintenant. Durant ce brainstorming j’ai réalisé que le quelques éternuements (et les « God bless you » qui viennent avec)   que j’ai depuis 12h sont de plus en plus récurrents. J’en fais pas trop de cas. 

Je retourne faire une session d’exploration avec peut-être commes action de prendre le bus et me rendre au centre-d’achat un peu à l’écart de Waikiki. Je marche sur le trottoir et je vois un sentier qui mêne à la plage. Bon j’ai bien beau vouloir l’éviter mais tsé, est drette là à 50 pas cacher par les édifices. J’y vais. 

C’est bleu, bleu, bleu. Il n’y pas tant de monde que cela. Sur l’eau je vois un love boat, des tricycle flottants, des gens sur des paddles board, etc. Il y a aussi des filles  en bikini sur la plage mais je ne porte pas trop attention. Je dis plage mais l’endroit où j’apparais est assez collé sur l’eau. Tellement près que les vagues se rendent aux chaises de soleil. 

Je décide d’explorer la plage un petit peu. J’ai pas trop l’air d’un gars équipé pour cela. En soulier, bas, t-shirt, chemise…J’ai l’air d’un touriste parmi les touristes. Anyway je n’ai pas de kit de plage. Je vais avoir l’air de cela tout le temps. Je vais quand même faire un petit effort en m’achetant des flip-flop.  Je n’ai jamais eu cela mais je me dis que c’est peut-être approprié sur la plage. Ça va m’éviter de marcher  les chaussaures dans les mains et les bas dans les poches. Ce nouveau besoin consolide ma décisions d’aller au centre-d’achat. Justement je sors du waterfront et je me retrouve  devant l’arrêt de bus.

Je me dirige donc vers le Ala Moana Center. J’y arrive 15 minutes plus tard. Je me promène dans les allées….Je vois des boutiques Channel, Louis Vutton, Hermes. Encore dans le luxe. Je consulte la carte du mall pour voir ce qu’il y a  comme magasins de chaussures….Je vois 2 Aldo et  Croc. Il n’y pas que moi de  québécois ici finalment. 

 Je me promene dans le centre d’achat et je n’arrête pas d’éternuer.  J’entends des. « God bless you » qui arrivent de partout. C’est quoi cette obcession de dire cela à tout prix? La fille est à 10 mètres de moi, elle travaille, c’est la cohue mais elle se précipite que pour me lancer un « God bless you ». Dans mon cas s’il y a un éternuement et que la personne est juste a coté de moi,  que je la connais, que je n’ai pas reçu des gouttes et que je suis dans un moment de faiblesse, peut-être que je vais dire « À tes souhaits ». Autrement je vais juste rire. 

Pas trop patient j’abandonne la recherche de chaussures mais je trouve des flipflop au Old Navy. J’achèterais des chaussures une autre fois où sur une autre île. Je retourne à l’hôtel. J’éternue toujours, le nez coule à en faire des bulles, j’ai mal à gorge….

Advertisements