God bless you

Il y a des choses que je ne comprend pas. Par exemple dans certains restos ils sont  20 à t’apporter ta nourriture et tu te demande qui est ton serveur. Ça marche comment leur affaire? À qui va le pourboire? Autre chose que je ne comprends pas c’est les degrés fahrenheit. Je ne vis pas en banlieu, je n’ai pas de piscine et entendre que l’eau est à 80 ça me dit rien. Il y a bien le fameux 350 du four mais la tempèrature est tellement haute que ce n’est qu’un chiffre sur une roulette qui est utilisé 95% du temps. Personne est capable d’évaluer la chaleur de 350 degré. « Je me suis bruler hier en mettant la main sur le rond. Il était supposer être à 350 mais je crois que c’était plutôt 240 ». C’est une conversation impossible.

Autre chose que je ne comprends pas c’est la difference entre une grippe, un rhume et une sinusite. Donc je ne sais pas ce que j’ai mais enteka je suis sûrement le seul qui n’a pas eu de rhume/grippe/sinusite depuis 3 ans mais qui réussis a en attraper  une dans un four à 350 dégré qu’est ma chambre de Waikiki. Celle-là je ne la comprends vraiment pas. Fais chaud comme jamais et moi j’éternue, me mouche , mal a la gorge, crache de la morve et tousse comme si nous étions en février. C’est insultant.

Je suis aller au Hard Rock Café après ma session de magasinage. Le menu est poche mais j’aime ça y aller. Les rares personnes qui ont voyagé avec moi depuis 2004 le savent. Je les aient trainé là.  La première fois que j’en ai visité un c’était à Montréal. J’étais sûrement avec mes potes Dessureault, Marenger et Tremblay et l’extraordinaire nous courrait toujours après. En entrant dans la place il y avait un bain avec de la glace et de la bière. Nous trouvions cela tellement cool. On trippait rock, il y avait des trucs rock, on était sur Cressent qui rock et dès l’entrée nous avions acces à de la bière « on the rock ». À 19 ans c’est sublime. Ma relation avec le Hard Rock était sellé pour le meilleure et pour le pire. NY, Ottawa, Kanata, Montréal, Panama, Vegas, Vancouver, Memphis, Nouvelle Orleans, Toronto, San Francisco et maintenant Honolulu…Je suis accroc.  Certains n’existent même plus.

Malheusement je n’ai pas pu profiter pleinement de celui d’Honolulu. Mon rhume ou grippe ou sinusite me coupe mon fun. Les symptômes s’amusent comme des fous. Je termine mon Mac and Cheese et me sauve vers ma chambre au lit merdique et dont la temperature est ajustée à 350. J’écoute la télé en respirant par la bouche la plus part du temps. Le sommeil va être suuuuper le fun! Heureusement j’ai pour me divertir un preacher nommé Peter Popoff.

Le preacher du film « There will be blood » passe pour la petite bière à coté de Popoff. Je suis troublé de voir qu’il n’y avait pas vraiment d’exagération dans ce film que j’ai jamais vraiment compris. Je suis aussi troublé que le preacher puisse être diffuser à la télé. Voir le nipple  de Janet Jackson durant 1 secondes par contre ÇA c’est innaceptable…..Anyway

Le Popoff prêche dans desamphithéâtres  comme celui de PKP. Il se promène dans les rangés du parterre, touche les gens, gueule des anneries et tous le monde est en transe. Il vend même une eau miraculeuse qui peut te rendre riche ou te guérir. Nous sommes loin du Pure Noisettier. Il présente un extrait où un petit vieux qui acheté  l’eau réussis, sous les encouragements(c’est peu dire) de Popoff, à se lever sans sa canne. Il fait quelques pas hésitants. Les gens jubilent, Popoff prends la canne et la lance sur la scène pour montré qu’il en aura plus besoin. La marche du monsieur se transforme en danse. Il  te fait une gigue de la mort. C’est du Lord of the dance, du Party Rock Anthem. Les jambe molles les bras dans les airs c’est completement irréel. God bless the petit- vieux

Je suis à ça d’acheter l’eau et de me  la lancer dans la face pour me débarassé de ma grippe ou sinusite ou rhume. Anyway demain j’attaque Pearl Arbour. Malade pas malade

Advertisements