Juste de la route. Texte 4 de 4.

Sans trop de préparation, à part que de savoir que je dois prendre la 90 puis la 94, je quitte la ville vers 20 h . Je passerais ma 3e nuit dans mon char à quelques parts au Michigan. Mon feeling me dit que pour retrouver la 90 je dois prendre le Lakeshore drive.

Tout est sous contrôle… sauf qu'il y a du trafic en criss et plein de construction. C'est à l'opposé de mon arrivée dans la ville. En plus, en raison des travaux, je dois me promener d'une voie à l'autre. Gauche, droite, gauche, gauche, droite, fausse alerte de droite coupe à gauche….Tuitttttt! La ferme ! Pas de ma faute si les indications sont toute croche…attends..left c'est gauche? Ok my fault!

Les indications mettent pas mal l'emphase sur l'Indiana alors que moi je me dirige vers Détroit. Tellement que je commence à douter si je suis dans le bon sens. Je suis supposé voir un 94/Détroit pas 94/Indiana même si en fait je suis supposé faire un petit bout dans cet état. Non…je me suis dit 94…94 tu suivras. Je remarque une affiche au loin sur une route transversale. Elle ne m'est pas destinée. J'y lis 94/Détroit… et voilà ma confirmation !

Un peu d'Indina puis j'entre dans le Michigan. Je commence à regarder pour un rest area. Je fais un arrêt café puis reprend ma recherche de rest area. J'aimerais un Flying J mais je pense que j aurais du prendre celui croisé il y a 1h. Voilà un rest area. Pas de voitures justes des trucks. Le ciel est découvert et je me dis  » m'a me coucher sur une table puis essayé des voir des étoiles filantes.  » C'est la période des perséides. Je sors de l'auto. Il y a un bois devant moi et j'entends plein de cris. Ce n'est pas des cris de que je connais. Le bruit est fort. Fuck les perséides ! Je ne me coucherais pas sur une table entourée de bibittes qui font des sons que je n'ai jamais entendus.

Comme je suis le seul char du rest area parmis 40 trucks, je décide de poursuivre ma route. Si je croise un Flying J je le prends sinon je vais aller au prochain rest area. Pas de Flying J. J'arrête au rest area. Je sors du char….Même bruit de bibite. Whatever, je dors dans le char de toute façon.

Fidèle à mon habitude de gars qui dort dans son char, je me réveille à 8h. Je remballe mon stock et direction Détroit. Détroit est juste sur le bord du Canada. Je consulte la carte pour savoir comment me rendre aux douanes. La 12. Je dois prendre la 12 qui me mènera au tunnel qui mène à Windsor. Je dois me rendre downtown pour prendre le tunnel ! Soudainement je vois une affiche. Il y a 2 chemins vers le Canada. Par le tunnel ou par un pont ! Je ne la savais pas celle-là ! Je dois décider. Tunnel, euh non pont. Tunnel, pont….ok pont! Je sors. Ha! j'ai encore une chance de me réviser. OK tunnel….Non on dirait que le pont est juste là. Go pour le pont. Je coupe sur une ligne pleine et 1 minute plus tard j'arrive au pont. J'arrête à la boutique hors taxe.

Je prends une photo du pont.

– Sir!
– Sir! You can't take pictures of the bridge

Gang de craqué qui voient des terroristes partout. J'entre dans la boutique hors taxe. C'est n'importe quoi ces boutiques-là. Je ne comprends pas le but de ça. Parfum, alcool et cigarette ! C'est juste ça.

Je traverse le pont….Comme je me suis fait dire de ne pas photographier le pont, j'ai décidé d'essayer de le photographier en étant dessus…en roulant. Ça n'a pas marché. J'arrive aux douanes. Je m'installe dans une rangée et attends mon tour. Rapidement c'est à moi. Le douanier est environ 10 pieds au dessus de moi ! Amateur ! Je suis dans la section réservée aux camions. Trop bas, je suis incapable de présenter mon passeport au douanier. Je dois sortir du char pour lui donner. Le gars me pose 2-3 questions. Il y a tellement de bruit de camion que j'ai peine à le comprendre.  » Désolé d'avoir été dans la mauvaise ligne monsieur « . Me voilà au Canada.

Il est tôt, je m'attaque à Toronto ! J'emprunte la 401. En approchant Toronto, ma mémoire m'interpelle ! Comme je me dirige au centre-ville je suis mieux de faire comme si j'allais à Hamilton et d'emprunter la 403. Je vais arriver à Toronto par le sud. Et voilà tout ce fait comme une lettre à la poste J'arrive exactement à l'auberge que je voulais..sans carte. Toronto n'a plus de secrets pour moi.

Espérons qu'il y ait de la place dans l'auberge…Oui. Je m'installe et cours dans la douche ! Je connaissais cette auberge, car il y a un bar dedans et nous y étions allés lors du Championnat du monde de Roche/Papier/Ciseaux 2006. En soirée, je chat un peu avec Sandy puis je vais au bar. Tout le monde est sur la terrasse. Juste des voyageurs ou des wannabe voyageurs. Je reconnais l'accent allemand et australien et j'entends du québécois. Les gens boivent une bière en canette dont je ne connais pas le nom. J'en prends une. Waiter ! Je veux ça !

Debout seul, j'aurais dû me sentir  » one of the gang « . Non. Quelque chose de weird se passe. Je remarque que tout le monde flirte avec tout le monde et j'ai comme l'impression de ne pas être à ma place. Comme si je venais de réaliser qu'au-delà de la découverte, l'exploration et la rencontre des cultures, les backpackers sont là aussi pas mal pour le flirtage. Ça vient soudainement de me frapper….Pourquoi là, à ce moment précis ? La dernière fois que j'ai été à ce bar je me sentais dans mon élément comme ça ne se peut pas. Mais là, tous les clichés de backpackers me rentraient dedans.

2 filles de Montréal m'interpellent. Elles ont remarqué mon t-shirt des cowboys fringants. Ça attire du québécois ce t-shirt et intrigue les gens des autres pays. Visiblement je suis en présence de jeune à peine âgée de 18 ans.

– Hé yes les cowboys !
– Yeah
– Regardez la gang les cowboys !
– Yahoo
– Pis les 3 accords eux ? Yes cool !
– Bof
– Eille on est a Toronto, y sont niaseux ici han !
– Je trouve pas, T'as qu'elle age ?
– 19 ans, toi ?
– Je suis un bonhomme de 30 ans comme tu disais tantôt.
– Oui mais toi c'est pas pareil. Les bonshommes de tantôt nous cruisaient pis voulaient nous amener a quelque part. Toi t'as un gilet des cowboys t'es cool
– Youppi

Elle me quitte et moi je vais me chercher une autre bière bizarre. Bizarre pour moi, mais sûrement pas pour mon chum Cusson. Mon impression de gars qui n'était pas à sa place a disparu. Je jase avec un allemand qui dit qu'il a vraiment tripé à Montréal. Je ne sais pas si un jour je vais rencontrer un touriste étranger qui me dira que Montréal est plate. Ça semble impossible ! Je ne sais pas le pourcentage d'alcool de la bière, mais j'en ait pris juste 3 et je commençais à être  » guerlot « . Assez  » guerlot « . pour allez écrire un mail a Sandy alors que je venais de passer 2h sur GTalk avec elle.

Le lendemain je me lève d'une traite, ramasse mes petits et décalisse. Pas de niaisage avec la puck. Il ne me reste que 5h de route. 5h qui semble interminable. Pour la première fois depuis mon départ la route que je prends n'est pas inconnue. On dirait que ça a de l'effet. J'arrête tout le temps, je niaise dans les rest area, j'envoie des mail avec mon cell. Je bois du café. J'ai bu plus de café dans ce voyage que durant l'année au complet. Tellement que je commence à reconnaître un bon café d'un mauvais. Celui du Tim est le meilleur que j'ai bu en route.

J'arrive au Qc. L'idée de rentrer chez moi ne m'amuse pas. Ça ne me tente vraiment pas de me retrouver dans mon appart à payer des bills et regarder le plancher en me disant,  » Faut que je fasse du ménage ! « . Allons chez D/O discuté vidéo. J'arrive sur la Rive-Sud. Je suis sur la 30. Je vois une sortie vers la route 87 pour les USA. My good ! J'ai vraiment fait la boucle !

Juste de la route. Texte 3 de 4.

Les stationnements pour auto sont grands et il y a plein de service. Ceux de l'Indiana semblaient moins permissifs à ça.. Parking plus petit, juste devant la route, pas moyen de s'isoler. Je commence à douter que je puisse m'installé là sans qu'il y ait un bonhomme qui arrive et frappe dans ma vitre en me disant  » Sir! Décalissez d'icitte « . Je décide donc d'essayer de voir dans les autres autos s'il n'y a pas des dormeurs. Elles semblent vide, mais pour les minivans ce n'est pas clair. Je suis tout de même pas pour me coller la face dans la vitre. Je remarque au loin une voiture avec les fenêtres tout embuées ! Voilà ! Il dort dans son char ! I'm allowed!

Sur les interstates que j'ai parcourus, le trucker est roi. Dans les rest area ils ont même des sections réservées avec douche, télé, divan…mmmm douche ! Faut vraiment que j en prenne une. Est-ce écrit dans mon front que je ne suis pas trucker? Ok j'ai pas de casquette Keep on truckin mais personne ne sait que je n'ai pas un mastodonte de plusieurs tonnes qui m'attend dans le parking. Personne ne sait que j'ai plutôt une petite de cent quelques livres qui m'attend à Mtl.

Je retourne dans mon auto chercher mon kit de douche. J'entre dans la section  » Professional drivers only « …personne ! Dommage j'aurais voulu un peu plus de challenge. Avoir à agir en trucker. Genre je me gratte la poche et fredonne du country. Je me faufile rapidement dans la douche. Fuck je n'ai pas de savon. Je pourrais retourner et aller en acheter au  » dépanneur  » du complexe, mais je ne veux pas pousser ma luck. Je fais le plein de savon rose pour les mains. Voilà frais comme une rose. Rose qui sent le savon rose. Mmmm bobette propre !
Je retourne en tant que trucker…à mon char, puis m'installe pour la nuit.

8h am. Il est temps de clairer l'Indiana. Mes endroits de sommeil sont choisis de façon à ce que je puisse voir un peu les paysages de l'état durant le jour. En traverser un au complet de nuit ce n'est pas intéressant…tant qu'à faire, un road trip. J'avais j'été un coup d'oeil sur la carte de Chicago et pris en note les indications de Mary. Je suis surpris de la rapidité à laquelle j'arrive en Illinois et de la piètre qualité de cette partie de la route 90. Ça doit être parce que je suis sur une section sans péage.. J'approche Chicago. 1$ pour traverser le pont. Je passe les limites de Chicago. Encore un poste de péage. Contrairement à d'habitude où l'on paie à la sortie de la route, je dois payer à l'entrée. Peu importe les nombres de KM que je fais, ça me coûte 2.50$ pour rouler sur la route. Elle est en réparation. Je vois une affiche qui parle de Lakeshore Drive. C'est la route que je dois prendre, mais il n'est pas clair que c'est la bonne sortie. J'ai 3 secondes pour me décider. Non ! Je passe droit. 3 minutes plus je regrette mon choix. Mon feeling me dit que le reste de la route ne m'amènera pas où mon feeling pense qu'il doit aller.

Il va falloir que je sorte et remonte sur la route de l'autre sens pour reprendre la sortie. C'est risqué. J'ai  » Judgement nigth « en tête. Allez feeling aide moi. Je sors. Tourne gauche, tourne gauche et hop I'm back on track. Fuck la sortie que je veux n'est pas accessible de ce sens à cause de la construction. Fuck le même péage…2.50 $. Je sors immédiatement….Tourne gauche, avance tout droit, tourne gauche, tourne gauche….Facile ! Lâche-moi pas mon feeling ! Je repasse le péage…2.50 $.

7.50$ us plus tard, je prends finalement la sortie nébuleuse. Allez feeling guide moi. Oups la rue s'arrête… droite ou gauche ? Feeling ? Droite puis droite ! D'accord. 2 coins de rue plus loin je vois les indications pour le Lakeshore drive. Le reste sera du gâteau ce qui me permet de voir le paysage…c'est vert à souhait. Lac Michigan à droite, vert à gauche, haut buildings au loin….Vraiment belle ville de 10 millions. J'arrive dans le quartier de Mary. Wow ! Le plateau n'arrive pas à la cheville de cette place ! Je glande dans le coin pendant qu'elle termine sa journée de travail. Ça fait 2 ans que je ne l'ai pas vu.

Elle arrive. On jase un peu sur le programme de la soirée puis me demande:

– Explique-moi le but de ton voyage
– Aucun à part de prendre la route. Ça fait 2 ans qu'on parle d'organiser une rencontre de la gang et que ça tombe dans la crac. J'ai décidé de régler ça et d'arrêter d'attendre après les autres..Moins de parlage plus d'action !
– Je gage que tu as passé la journée dans un café internet.
– Euh oui et non..J ai plus passé la journée a trouver un landromat. Inquiète-toi pas je vais visité ta ville. De plus ma quête d'un landromat ma permis d'explorer ton coin.

Dans le film Ferris Bueller Day off, Ferris visite un musée de Chicago pendant que le directeur le cherche dans les arcades. On voit Ferris devant une immense toile. J'avais aimé la scène. Je dis à Mary

– Je veux aller dans le même musée que Ferris Bueller !

Durant la soirée nous sommes allés sur une terrasse avec une de ses amis qui voulait pratiquer à parler son français avec moi. On a eu pas mal de fun. Vers 11h nous étions de retour chez elle. Elle m'expliqua comment me rendre au Art Institute de Chicago et va se coucher. Je passe quelques heures à jaser par Gtalk avec Sandy.

Le lendemain mon horaire fut chamboulé par une série d'événements tristes, mais j'ai quand même pu aller aux Art Institute et visiter le centre-ville. Centre-ville qui contraste avec la tranquillité du quartier de Mary…Le Art Institute? Wow ! Sérieux je ne m'attendais pas à ça. 5000 ans d'histoire. Des Picasso, Renoir, Monet, Rodin, Dali. Voyant qu'il y avait autant de toile d'artiste prestigieux je me suis demandé s'il n'y aurait pas un Riopelle. Ha! Voilà une section où les tableaux sont de son époque…je ne connais rien, mais j'ai quand une petite notion pour distinguer les époques ….Hoho ! Je vois quoi là au fond ? Oui ! Un Riopelle ! Merci feeling!

Juste de la route. Texte 1 de 4

J'avais choké, comme Cguy l'avais prédis. C'était justifié. Il aurait fallu que je reste à Cornwall une journée de plus…boring! sans D/O, encore plus…boring! Pour partir, ca prend un plan. Je ne l'avais pas assez élabore car j avais passer mes soirées à travailler ou chez une amie au lieu de faire mes bédés et ce fameux plan. J'aurais pu élaboré le plan à partir de Cornwall après le départ de D/O mais il m aurais fallu un accès internet et comme la ville ne semble pas trop élaboré, la recherche d un accès internet aurais été périlleux. De plus financièrement cela aurais été mieux de partir la semaine prochaine.

Après avoir parlé à ma mère, le gout de partir me reprend. Je ne pouvais attendre une semaine…c'était là ou rien!

Le lendemain matin je décidais de partir. Un pseudo plan avais été élaboré tard la veille suite a une torride soirée sur le plateau. Il ressemblait à  » Je sacre le camp vers l'ouest.  » J'ai des KM en banque et tant qu'à garder les KM bas et a ne pas vendre le char aussi bien les utiliser. Dans google map j'avais fait sortir les directions entre Montréal et Chicago juste pour le fun. Pas si loin que ca finalement! Pas pire que Montréal-Halifax. En plus, sur la route je croise Buffalo et Cleveland. J'ai longtemps voulu allez à Chicago et spécialement depuis que je connais qq là-bas. Mary connu à Cusco. J'ai aucune idée si elle est encore là mais ca change rien au fait que je veut voir Chicago. Tout cela mis ensemble me fit dire « To the west! »

étape 1 : Les douanes

Les douanes c'est l'obstacle majeur. Avec un dossier criminel pour alcool au volant, il n y a normalement pas de problème pour entrer aux USA. Faut juste pas le cacher. Mais là je suis en voiture. J'ai l'arme du crime entre les mains. Pour cette raison, j ai décider de ne pas entrer aux USA par Cornwall mais plut?t par Lacolle. Si ca chie…bah j aurais fais seulement 45 minutes de route pour rien.

Me voilà face au douanier

-ton passeport

-Tu vas ou?

-Combien de temps?

-Tu restes ou?

-Tu travailles ou?

-Ouvre le coffre

-Tu vas ou?

2 fois la m?me question. Il croit que je ment et essai de me prendre. Il pose les questions rapidement juste dans le but de me fourrer. Puis arrive LA question. Celle dont il sait la réponse et celle ou je ne dois pas mentir.

– Tu as un dossier criminel?

– Oui alcool au Volant.

– Tu vas aller te stationner là-bas. Entre en dedans et on va te remettre tes documents. As tu déja été refusé aux USA?

Non jamais j ai été refusé et à au moins 4 reprise j ai préciser mon casier. Piteux je stationne l auto et entre pour récupèrer mon passeport. Je comprend pas trop comment ca marche. Il y a plein de gens assis mais pas de file et pas de système a numéro. Planter la debout j'ai pris 5 minute a catcher qu'il vont m'apeller. Je m'assois. Je m'attend a un autre barrage de questions. Mon alibi est de béton. Je suis pr?t a saisir cette 2eme chance « Envoye cri le mon nom » Je suis pompé.

– Charwouette!

Je bondis de mon banc et dit sur un ton sur « Yes ». Le gars me donne mon passeport et me dit bye. C'est tout? Une petite voix me dit de ne pas poser de questions.

L'expression road trip est souvent mal utilise selon moi. VD-Toronto c'est pas un road trip. Un road trip implique qu'il y a 2 jours de route a faire minimum. Il doit y avoir un dodo avant d'arriver a destination. Ou bien les protagonistes prennent la route sans vraiment savoir ou ils vont. Mettons que j ai les 2.

Etape 2 Etat de New-York

Il n'y a pas d'autoroute qui contourne les Adirondack. Je dois donc emprunter une route secondaire. La 11. Lacolle est derrière moi et les US devant. J'insère mon CD de road trip que je me suis fait avant de partir. Je le fais commencer en force. Radar Love. La fenetre est ouverte, le coude qui sort de cette dernière, le vent chaud et la radio crache du rock. On est dedans. Les villages tombent un après l'autre. De tank à eau en tank à eau. Tant qu'au radio lui, il crache du CCR, John Denver, The byrds, Stephen wolf, U2, Pearl Jam, etc.

Parfois j arr?te prendre des photos. J'arrive à Malone. Il y a une foire. Manège, music Fest, grande roué tout rouiller et potentiellement femmes à barbe. Good je vais pouvoir me reprendre car 1 journée avant moi et D/O en avions manqué une foire. La plus ancienne du Canada en plus. J'avais pas eu ma femme à barbe. Si c est le fun je couche là! J'attends mon acces au parking quand la dernière chanson de mon Cd commence. Arizona junior closing credits. Juste du sifflage et du banjo. J'avancerais que c'est une toune de style blue grass. Bon timing! La toune, la foire, je suis vraiment en milieu rural!

15$ l'entree? De la marde je poursuit ma route. Ciao femme a barbe et homme-tronc.

Juste de la route. Texte 2 de 4

J'ai passer les lignes a 4h pm et la veille je m'étais couche a 4h am. Mais criss! ?a va bien! L'adrénaline est basse car je respecte la limite de vitesse. Je la respecte car j'avais entendu la veille mon chum Fugere à la radio raconter qu'il c était retrouvé en prison aux USA pour des contravations non payée. En plus c'est pas la premi?re fois que ?a lui arrive. J'aimerais pas que ?a m'arrive….le pire c'est que 2 jours plus tard j'ai cru que ?a y étais. Que j allais me retrouver en dedans menottes au poing! J'en shake encore.

Je roule donc peinard et je m amuse à convertir les miles en KM. Il ne se casse pas la t?te dans le coin avec les noms de villes. Ils copient. Barcolona, Philadelphia. Chateaugay, Hamburg. Je passe Syracuse. Top shape man! Peut-etre que je pourrais me rendre à Erie, Pensylvanie ce soir! Je suis tout équipé pour dormir dans mon char. J'ai mon kit du saguenay..matelas mousse, sleeping bag. C'est un road trip de cheapo que je fais …quoique je pourrais plus dire un DRIVE trip. Je suis pas ici pour niaiser à la m?me place 3-4 jours…à moins d avoir une place pour crasher. Je suis en mode: drive, exit to the city, browsing, get out. Normal, je peux pas dormir dans mon char en plein centre de Buffalo!

Minuit approche…et le sommeille aussi. En roulant à la limite de vitesse permisse je me fais passer de chaque coté par les vans…Maudite gang de pressé. Je me sens pas mal petit par contre quand j'en ait une de chaque coté. Je comprend le pattern. Les vans se tiennent dans les voies 1 et 2 et ne semble pas autorisée à ce tenir dans la 3eme. En allant à la limite permise dans la voie 2 je bloque le trafique des vans rapides. Humblement je devrais me tenir sur la voie un….dites le pas trop fort!

Je roule donc peinard et je m amuse a convertir les miles en KM. Il ce casse pas la tête dans le coin avec les non de ville. Ils copient. Barcolona, Philadelphia. Chateaugay, Hamburg. Je passe Syracuse. Top shape man! Peut-etre que je pourrais me rendre a Erie Pensylvanie a soir! Je suis tout equipe pour dormir dans mon char. J'ai mon kit du saguenay..matelas mousse, sleeping bag. C'est un road trip de cheapo que je fais …quoique je pourrais plus dire un DRIVE trip. Je suis pas ici pour niaiser a la même place 3-4 jours…a moins d avoir une place ou crasher. Je suis en mode drive, exit to the city, browsing, get out. Normal, je pourrais pas dormir dans mon char en plein Buffalo!

Je commence a me demander jusqu'ou je vais aller pour cette journée 1. J'ai passer les lignes a 4h pm et la veille je m'etais couche a 4h am. Mais criss! Ca va bien. L'adrenaline est basse car je respecte la limite de vitesse. Je la respecte car j avais entendu la veille mon chum Fugere a la radion raconter qu'il c etait retrouver en prison aux USA pour ticket non paye. En plus c'est pas la premiere fois que ?a lui arrive. J'aimerais pas que ?a m'arrive….le pire c'est que 2 jours plus tard j'ai cru que ?a y etais. Que j allais me retrouver en dedans menotte au poing!

Aprês qq heures de sommeil je suis pret à partir. Oups! C'est bien le fun de coucher dans son char mais j'ai pas pensé à l'aspect douche. Bah! Tant que je suis capable de m'endurer. J'aurais pas tellement de contacts humain de toute facon.

J'arrive à Erie en Pensylvanie. Je décide d'aller dans la ville pour voir de quoi cela a l'air. Encore une fois mon instinct m'amêne au centre de la ville. Belle vu sur le lac euhhhh comment il s appelle donc…Ah oui! érié. Dites donc ca en anglais voir « érié ». La face du douanier quand j'essayais de lui expliquer ca!

Je regarde mes courriels. Pas de nouvelle du couchsurfer. Ca a bien l'air que je coucherais pas dans la ville. Trop derniêre minute, je décide d écrire a Mary lui disant que potentiellement je serais à Chicago le lendemain ou le surlendemain…Hey un gros 24h de preavis!!! Bravo Eltobito!

En analysant la région de Cleveland je réalise que le Rock and Roll Hall of fame(RNRHOF) est dans cette ville! J'avais oublier ca! Dans mon premier site Web que j ai fais, il y a un lien vers leur site! That's it! Couchsurfer ou pas c'est là que je vais!

Je suis à la porte de Cleveland, la route passe de 2 à 3 à 4 à 5 voies. Ayant consulté la carte il y a 1 heure, je me rappelle plus vraiment du chemin potentiel. Pas grave, j'ai mon arme avec moi…mon feeling. Il est d'une efficacité désarmante. Et voilà! je le savais. Le RNRHOF est annoncé sur des affiche de couleur brune Benoit Jodoin…à moins que ce soit Brune Caroline Pesant!

Comme un grand j'arrive là et ce en trouvant un parking de dieu. Gratuit juste en avant. George Costanza se prosternerais devant moi! Le temple est juste sur le bord du lac Erie. Tsé les grands lac…c'est grands en criss. Et la je parle juste du lac Erié.

Rapidement je visite le temple. J'ai seulement 1h30 pour parcourir la pyramide de verre. Les maudits rocker exigent que nous ne prenions pas de photos! Voyons donc! Je vais en faire une couple en sourdine!. La visite se termine en haut de la pyramide avec une section reservé aux Doors. Ma 2eme toune préfère a vie est d'eux…Love me two times. Quoique de plus en plus la chanson Given to fly de Pearl Jam me fatigue.

La visite étant terminé, je vérifie mes courriels sur 'mon' cell pour voir si mon couchsurfer à répondu. Fuck rien. Je commence à choquer et pense même flusher Chicago. C'est loin me semble! Après une analyse 'sérieuse' je me dit… »Allons à Toledo et dormir là. Je verrais après si Chicago est envisageable ». Mais en dedans de moi je sens que je vais choquer…un autre 2$ a cguy tabarnac! Je vais une faire une dernière vérification de email. Mary! Elle a répondue au courriel. J'espère qu'elle me dise « too bad » je suis pas en ville ou quelque chose du genre. C'est totalement le contraire. Correct… »Stiil going to the west ».

Je m'enligne pour clairer le plus de KM possible. Je veux me garder le lendemain facile car conduire dans Chicago ne sera pas de tout repos! Ohio? Done! J'attaque l'Indianna! Les pensées défile dans ma tête a la même vitesse que mon auto. Je pense a l'illogisme de l'obligation de la ceinture de sécurité alors que le casque de moto est optionnelle. Je pense à ma soeur qui doit sûrement retourner mon appel. Je pense a Cguy, Ben, Caro et Steve qui sont matché. Je pense à Dave qui travaille fort pour ce matcher. Je pense à Sandy…